• Bestiaire

    Quoiqu'on puisse trouver en Tamarie et dans les îles pirates des créatures assez semblables à celles d'Ethanor, il peut parfois vous arriver de croiser de nouveaux animaux plus ou moins étonnants, et parfois même des plantes surprenante.

     

    Tamarie

    Basilic des roches : Ou, scientifiquement : basiliscus saxa. Le basilic des roche est sans doute une des plus dangereuses créatures qu'un voyageur puisse avoir la malchance de rencontrer. Cet animal troglodyte possède une maitrise de la magie particulièrement pointue, capable de pétrifier le moindre muscle de la proie qui ose croiser son regard (On dit souvent que le regard est la fenêtre de l'âme : en réalité, ce dicton vient du fait que les psychiques ont toujours plus de facilité à s'insinuer dans l'esprit d'une personne dont il croise le regard, car ils permette d'en apprendre facilement et rapidement sur la personne. Et le don du basilic est un dérivé du psychisme, à l'instar des griffons). En quelques minutes, cet arrêt total de toute l'activité physique (y comprit cardiaque et respiratoire) cause la mort de la pauvre cible du basilic.

    Analyse des créatures fantastiques qui peuplent les mythes et légendes que ce soit à travers la littérature, les contes, ou la culture populaire.

    Comme dit précédemment, il construit ses nids dans les falaises rocheuses du désert, et cette région est généralement évitée des voyageurs. Il peut étendre sa zone de chasse sur des dizaines de kilomètres autour de son nid, mais il déteste déménager, car le basilic, comme beaucoup d'animaux, craint l'inconnu.

     

    Îles du Nord

     

    Île volcanique

    Hydre des tourbières : Pas plus gros qu'un poulet, l'hydre des tourbières peut toutefois s'avérer particulièrement dangereux. Le crochet de sa queue est venimeux : une seule piqure est capable de tuer un homme adulte en moins d'une heure.

    Hydre serpente moyenne

    Comme son nom l'indique, le milieu de prédilection de cette créature endémique de l'île volcanique est la zone de tourbières s'étant formée dans les anciens cratères du volcan (désormais éteints, et situés dans la zone protégée des coulées de lave). Moins impressionnant que son cousin des lacs, il n'en est pas moins mortel.

     

    Hydre des lacs : Beaucoup plus gros que son cousin l'hydre des tourbières, l'hydre des lacs peut mesurer jusqu'à 1m80 au garrot (la taille la plus commune étant plus proche des 1m20). Son corps de reptile est toujours très allongé et la puissance de ses muscles caudaux pourraient lui permettre d'étouffer un homme sans difficulté. Contrairement à l'hydre des tourbière, sa queue est dépourvue de crochet, et sa morsure n'est pas mortelle (seulement paralysante le temps d'être dévoré).

    Venez adopter une Hydre sur notre site !! https://refuge-d-erard.fr/adopter-une-hydre/

    Malgré son nom trompeur, l'hydre des lacs ne sait pas nager en eaux profondes. Il préfère les sous-bois humides de la forêt tropicale de l'île volcanique, ou, à la limite, les marais de l'est.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :