• Le cirque

    Le cirque s'installe dans une formation naturelle des roches, creusé sous le sol de la ville. Grande attraction, source d'économie importante... plusieurs milliers de vies ont dues s'éteindre sur les sables de son arène.

    The Geonosis Arena. My dream vacation. (Not as a spectator though) (I prefer to fight the rancor and go on an awesome escape plan)

    les coulisses

    Fa'ar Almadina


  • Commentaires

    1
    Samedi 13 Avril à 18:01

    Plus les deux esclaves approchaient de l'arène, plus les bruits du combat leurs parvenaient distinctement. Il y avait les cris des spectateurs, le tintement de l'acier et les volées d'applaudissement tombant de temps à autres. Enfin, ils arrivèrent au niveau du sol, face à une grille épaisse qui donnait... directement sur le sable sec de l'arène. Deux hommes d'arme se trouvaient là et leur accordèrent à peine un regard furtif.

    - Les combats ont déjà commencés, constata Tarran. Je n'ai pas vu la liste du jour.

    Il savait simplement qu'il ne combattrait pas ce matin, sinon le Maître serait déjà venu le chercher.

    2
    Mercredi 24 Avril à 14:37

    Edfyne le suivait l'air grave et renfrogné. Elle n'arrivait pas à s'imaginer au milieu d'autant de monde et de bruit. Dans sa petite ile, les seuls bruits qu'elle avait étaient ceux apaisant de la forêt. Alors que là, ils étaient assourdissant, lourd, incessant. Insupportable quoi. 

    Ils s'arrêtèrent à une grille gardée par deux hommes. La Moun An'ala n'y prêta pas plus attention qu'eux à leur arrivée et se concentra sur la bataille faisant rage au milieu de… du cirque. 

    Après un silence, elle questionna l'homme qui l'accompagnait 

    - Pourquoi se sentent-ils obliger de se combattre. Si aucun des deux ne se rue comme une bête sur l'autre ? 

    Si chacun faisait comprendre qu'il ne souhaita pas se battre pour quelque chose d'aussi inutile, pourquoi le faire ? 

    3
    Mercredi 24 Avril à 17:27

    - Parce qu'ils n'ont pas le choix. Ils sont là pour se battre et offrir du spectacle, et si ils ne le font pas ils deviennent inutiles. Un esclave inutile ne reste pas longtemps.

    4
    Mercredi 24 Avril à 17:51

    Elle leva le regard sur lui en fronçant les sourcils, signe qu'elle comprenait pas. 

    - bah justement. S'ils ne restent pas longtemps, qu'on s'en desinteresse, ils sont libre non ? 

    5
    Mercredi 24 Avril à 17:57

    - Libre ? Heum... pas vraiment, non. En général, soit ils sont reconvertis dans des tâches ingrates, soit ils sont directement... éliminés pour l'exemple.

    Inutile de faire des cachoteries, puisqu'elle allait elle aussi se plonger dans le milieu. Il valait mieux qu'elle soit au courant plutôt que de l'expérimenter elle-même.

    6
    Mercredi 24 Avril à 19:07

    En effet, Edfyne aurait bien été du genre a l'expérimenter elle même. Mais puisqu'il le disait, elle estima sage de le croire. Nullement refroidie par le sort qui l'attendait, elle regarda a nouveau les combattants. Donc si elle comprenait bien, elle était vouée a mourir dans cette arène ou mourir sous la décision de son maître. 

    - donc j'ai bien fait de pas tuer l'autre blanc fantôme l'heure alors que j'en avais l'occasion. Dit-elle, en soi pour elle même, mais assez fort pour que Tarran l'entende. 

    De toute manière, elle allait bien réussir a se tirer d'ici. Et si elle regardait ce combat c'était d'une part pour voir ce qui l'attendait et d'autre part pour observer une possible sortie. Dans cet endroit, ça allait être sûrement le seul moment où elle allait être détachée et armée. En parlant d'arme...

    - On a droit a combien d'arme lors de ces combats ? Et c'est nous qui choisissons ? 

    7
    Mercredi 24 Avril à 19:18

    - Effectivement... grimaça Tarran.

    Aussi froid et antipathique soit sont maître, Tarran avait fini par lui vouer une sorte d'attachement respectueux. Il avait joué pour lui le rôle d'une sorte de mentor, voire de père de substitution puisqu'il avait été capturé très jeune. Même si il savait pertinemment que se sentiment n'était pas réciproque. Il était une machine à combattre, une machine à gagner de l'or.

    - Autant que tu peux en porter, il n'y a pas de limite. Mais forcément, porter trop d'armes t’alourdirait et réduirait tes chances de survie. Pas assez et tu pourrais être à nue devant l'ennemi. C'est une question d'équilibre. Le mieux et de ne pas se faire désarmer.

    Il reporta son regard sur l'arène. Les deux combattant ressemblaient à de vrais colosses, l'un avec une lourde masse d'arme, l'autre avec une longue hallebarde et un bouclier. Ce dernier paraissait totalement défoncé par des coups répétés et menaçait de tomber en morceaux. Le guerrier à la masse était blessé à une cuisse mais continuait de se battre vaillamment... "comme si sa vie en dépendait".

    8
    Mercredi 24 Avril à 20:00

    Edfyne ne répondit rien et regardait calmement et froidement l'autre être sur le bord de mourir. Après un silence, elle poursuivit : 

    - Vous êtes quand même des sacrés barbares ici. Moi qui haïssait les esclavagistes, je ne savais pas qu'il y avait pire. Pourquoi ne s'arretent-ils pas lorsque un est hors d'état de nuire ? Comme ce qu'on fait dans les combats entre clans. Pourquoi le mener jusqu'à la mort ? C'est pas très honorable, et pourtant le gagnant se fait acclamer comme un guerrier. Il est pourtant loin d'arriver a la cheville d'un apprenti guerrier, niveau honneur. Soit ce peuple ne sait pas ce qu'est la réelle beauté d'un combat, soit ils sont... Je n'ai pas assez de mots pour décrire la répugnance qu'ils me font. 

    Elle commentait ce qu'elle voyait a voix haute. Elle ne savait pas vraiment pourquoi, si ce n'est lui montrer a quelle point ce qu'elle voyait la dégoûtait. Elle leva le regard vers les paroles qui l'entourait 

    - C'est vrai, nous, on sait pas faire tout ça. Mais niveau idéologie, je suis certaine qu'on a rien a vous envier. 

    Elle décida de se taire pour le moment et regarda a nouveau le combat. Pourtant, elle aurait put continuer longtemps a rabaisser ce peuple qui a l'air de se prendre pour des hommes bien trop intelligent par rapport à ce qu'ils sont. 

    - dit moi au moins que les animaux sont mieux traités que les esclaves ? 

    Histoire qu'il remonte peut être le niveau de cet horrible peuple. 

    9
    Mercredi 24 Avril à 20:11

    (en fait je parlais du bouclier, pas de celui qui le tient... en me relisant j'ai vu que c'était assez confus. >_<)

    Tarran nota qu'elle le considérait bien dans le lot du "vous". Elle avait raison, bien sûr, mais la barrière le blessa plus que ce qu'elle aurait dû. Il ne revint pas sur ce qu'elle avait énoncé sur les combat et se contenta de répondre à sa question du mieux qu'il pu.

    - De là où je suis, je ne sais pas vraiment comment vivent les maîtres... les "fantômes" d'en haut. Ni leurs animaux. Mais je sais que les chevaux et les dromadaires ont une grande valeur et qu'ils sont bien traités. Un peu comme nous. Sauf qu'on ne les fait pas se battre.

    Il avait entendu parler de combat de chiens dans les rues de la ville, mais n'avait jamais assisté à aucun d'entre eux.

    - Par contre, parfois, ils organisent des combats spéciaux entre des esclaves guerriers et des animaux venus d'un peu partout. Des fois se sont des montagnes de muscles qu'on appelle les ours. Des fois des fauves du désert, les lions. Des fois des lézards cracheurs de feu. Il arrive que les bêtes gagnent, mais d'autres fois elles se font massacrer.

    Il avait presque honte à l'avouer, dû au fait qu'elle l'avait classé avec les esclavagistes. Pourtant il n'y était pour rien, il était une victime lui aussi... Pas vrai ?

    10
    Mercredi 24 Avril à 21:07

    (ah zut… J'ai cru que c'était un homme… bon, ça ne change pas vraiment. Mais d'accord:) 

    Edfyne se plongea dans un silence de mort. Et cette fois, il dura bien longtemps. Elle songea à tout ce qu'elle venait de dire, et que les mots qu'elle avait utilisé étaient bien minuscule par rapport à ce qu'elle pensait maintenant. Et pour ne pas se faire trop de mal, elle décida de ranger ces informations dans un coin de sa tête sans plus y penser. Et elle se jura qu'une fois à la place d'un de ses hommes, elle montrera à ce peuple que cesser un combat sans tuer est possible. Et que les esclaves sont plus humain que ces bandes de fantômes. Tout un cheminement se fit dans sa tête. Tout un plan. Plus long qu'une évasion de front, mais peut-être plus sûr. 

    Le combat continua. Les deux hommes se tapait dessus avec une rage. La rage de la survie. Elle connaissait se sentiment et cette adrénaline. Tout deux prenaient le dessus sur la raison et te faisait survivre coute que coute. Elle douta un instant de pouvoir cesser un combat ici sans tuer, si l'autre venait pour le faire. Non, ne doute pas Edfyne. 

    Crac. La longue arme se plongea dans le crane de son adversaire dans un craquement sourd. Une partie de la foule se mit à hurler de joie. Fin du combat. 

    Elle en avait assez vu, assez entendu et tourna les talons pour partir sans l'attendre. 

    11
    Mercredi 24 Avril à 21:26

    (Il me semblait bien, aussi... Nan "défoncé par les coups""menaçant de tomber en mille morceaux"... c'est imagé, mais je ne suis par certaine que j'aurais utilisé ces termes pour un homme. ^^')

    Tarran assista à la mise à mort en même temps que tout le monde et frémit en même temps que le publique. Il n'émit pas un son. Lorsque Eldfyne s'en retourna vers les coulisses sans l'attendre, il su qu'il avait définitivement perdu sa chance. Sa seule chance depuis toutes ces années d'avoir une confidente compréhensive. Amicale. Il allait à nouveau se renfermer derrière ses remparts d'indifférence, son armure de hargne, sa rage de vivre. Un guerrier ne pleure pas. Un Moun an'ala non plus. Il le supposait. Il n'était plus sur de rien concernant sa tribu.

    (On reprend aux coulisses ? Autre chose à faire pour la journée ? On ne va peut-être pas RP toutes les séances d'entraînement... ?)

    12
    Mercredi 24 Avril à 21:40

    (bah je sais pas ^^ ça m'arrive de comparer l'humain à des expressions qui le chosifie. ) 

    ( non non ^^on peu passer au soir ? avant qu'ils s'endorment ?) 

    13
    Mercredi 24 Avril à 22:13

    (Pas faux.

    Pas d'soucis. Je te laisse commencer ?)

    14
    Jeudi 25 Avril à 08:31

    (okay)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :