• Sud de l'île

    Le "sud" est la partie la plus vaste de l'île. On appelle ainsi toute la zone recouverte par la forêt tropicale s'étendant au sud du volcan.

    Les plus belles forets du monde foret tropicale:

    Elle est habitée non seulement par des animaux étonnants et variés, mais aussi par des tribus décrites "indigènes" et "non civilisées" par les habitants du nord.

    En réalité, les Hommes de la Forêt (Moun an'ala) ont leur propres cultures, et des traditions très précises. Ils vénèrent en particulier le volcan, et les dragons qui l'habite. Ces impressionnants reptiles cracheurs de feu sont considérés comme les donneurs de vie et de mort, et comme les maîtres du destin.

    La vie d'un jeune Moun an'ala est calée sur la fréquence des éruptions volcaniques (il s'en produit en moyenne une par an, c'est un volcan très actif). En effet, leur tradition la plus importante et la plus remarquable est celle de l'épreuve :

    Lorsqu'une éruption se produit, c'est le ventre du dragon qui réclame à manger. Les jeunes hommes et femmes ayant eut leurs premiers signes de puberté dans l'année se retrouvent confronté à la première et la plus importante épreuve de leur vie qui symbolisera leur passage à l'âge adulte (ou leur mort).
    Ils disposent de trois jours pour chasser, seuls, une proie à apporter aux dragon du volcan, et pour revenir avec le feu. Comme les Hommes de la Forêt ne savent pas allumer de feu eux-même (ils n'en ont généralement pas besoin), il s'agira obligatoirement d'une flamme causée par la lave crachée par le volcan, ce qui sert en quelque sorte de preuve de leur voyage.

    Cette épreuve, outre son côté symbolique, sert aussi indirectement de tri : les Moun an'ala incapables de chasser des proies suffisantes se font manger par les dragons affamés, et les trop peux résistants risquent leur vie en s'approchant des coulées de lave.

    Une fois de retour au village (dans l'intervalle des trois jours), les jeunes gens ayant réussit l'épreuve vont pouvoir subir la cérémonie qui les élèvera au rang de membre de la tribu : à l'aide du tison enflammé normalement rapporté, le guérisseur va lui causer des brûlures volontaires de façon à former des cicatrices persistantes représentant le symbole de la tribu (généralement un animal de la forêt). Plus les marques seront grandes, plus cela signifie qu'il (ou elle) aura sut résister à la douleur, et donc plus il (ou elle) sera respecté au sein de la tribu. Ces brûlures sont des marques d'honneur et de beauté pour les Moun an'ala, et les adultes qui n'en présentent pas sont plus ou moins rejetés : cela signifie qu'ils ont échoués à l'épreuve mais qu'ils sont tout de même revenu à la tribu (en sachant qu'il risquaient d'être des poids morts), un grand déshonneur.

    Il existe plusieurs tribus en plus ou moins bon terme, et toutes vivent dans des huttes improvisées dans les arbres ou au sol. Ils n'ont pas une très bonne expériences des "Hommes de l'Extérieur" (Moun an'ivelany).

    Sanctuaire du dragon


  • Commentaires

    1
    Mercredi 10 Janvier à 07:02

    (genial !! 

    La dernière phrase, en gros, c'est qu'ils fuient un peu les gens "civiliser" )

    2
    Mercredi 10 Janvier à 07:04

    (Je me suis bien amusée ^^

    Oui, c'est ça. Et je suppose que tu comprends très bien pourquoi.)

    3
    Mercredi 10 Janvier à 07:25

    (oui, à cause du trafic clandestin d'esclave. Et c'est eux qui se fond capturer.  C'est ça ?) 

    4
    Mercredi 10 Janvier à 13:01

    (Oui : personne pour aller protester de leur disparition, des armes en bois et en os contre des épées de fer... idéal pour les esclavagistes de l'île.)

    5
    Mercredi 10 Janvier à 13:09

    (ils ont quand même des flèches ?)

    6
    Mercredi 10 Janvier à 13:12

    (Oui : des flèches en bois. Ils n'ont pas les outils ni les matériaux nécessaires pour forger des métaux, tu imagines bien. Ils font avec ce qu'ils peuvent obtenir de la forêt et du volcan.)

    7
    Mercredi 10 Janvier à 13:16

    (En bois. Très bien. 

    Je vais aller faire des recherches sur ce qu'on peut faire des coulures de lave sèches. Enfin, si elle servent à quelque chose ^^ par simple curiosité, voir si ça peut servir. 

    Mais bon, je dois faire mes devoirs, après j'aurais peut-être le temps de faire ces fiches mais je vais aller m'occuper d'Anasheba et faire l'article de dimanche, quand je suis allée aussi m'occuper d'elle... Piouf, foutu devoirs qui ne nous laissent pas le temps pour les loisirs...) 

    8
    Mercredi 10 Janvier à 14:15

    (C'est chronophage au plus haut point... Pas le temps de s'ennuyer.)

    9
    Mercredi 10 Janvier à 19:20

    Une forme dans les branchages bougea si doucement, si calmement à ne pas réveiller un lion. 

    Un bras tendu devant elle, l'autre tirant sur la corde, Edfyne était en position d'archer, prête à tirer une flèche de bois sur sa proie. Elle prit le temps de l'observer, de lancer un regard vers son coequipier puis visa une bonne fois pour toute et tira ! La flèche se planta dans le flanc de l'animal qui essaya de détaler sous la douleur, mais dans le flanc, son mouvement fut vite bloqué et il tomba à terre. 

    La, son coequipier se précipita pour l'achever et regarder Edfyne d'un air triomphant. 

    La chasseuse descendit de son perchoir pour aller l'aider à le tirer. Habituée, elle sauta à terre une fois à 2 mètres du sol et se réceptionna lestement dans les herbes, juste à côté d'une plante exotique aux grandes feuilles large qui pouvait servir d'abris en cas de grosse pluie comme pouvait le faire la météo de ces forêts. Puis se relevant, elle afficha un sourire et parla à la jeune personne. 

    "C'était bien. Il faut que tu arrive cependant à faire très attention au vent. Je suis en l'air moi, c'est moins important, mais pour toi au sol, il faut bien que tu l'ai de face sinon la proie va te sentir et ça fera rater notre tentative. Mais, tu as sus à quel moment sauter et tu as bien calculé pour ne pas perdre de temps afin qu'elle ne souffre pas. C'est très bien." 

    il lui sourit et prit la proie, vite aidé par la jeune femme pour la ramener au village. 

    Une fois arrivé, ils le déposèrent chez la cuisinière pour qu'elle le cuisine. 

    Puis elle ressorti afin d'observer ce qu'il se passait. 

    10
    Dimanche 14 Janvier à 09:21

    (Je ne sais si tu as vu, mais depuis hier tu as la zone clandestine de l'île. Pas le temps ce week-end pour le nord et les villes, mais te voici prévenue)

    11
    Dimanche 14 Janvier à 09:42

    (ah non, j'avais pas vu, merci beaucoup !) 

    12
    Lundi 12 Mars à 07:37

    Zammarid et Valtava sortirent de la ville clandestine pour marcher discrètement dans la forêt tropicale. 

    La jeune traqueuse avait surtout les yeux en l'air, vers les branches des arbres. Il est vrai que ces indiens aimaient se balader surtout dans les arbres. 

    Avançant semi-baissé dans la végétation pour éviter de se faire trop repérer, elle avant un couteau dans les mains ou cas où.... 

    Car il est vrai qu'en plus de chercher sa cible, il fallait surtout faire attention aux autres animaux dangereux comme les ocelots, les tigres, les serpents, araignée et autres 

     

    13
    Lundi 12 Mars à 07:49

    La pirate suivait avec moins d'aisance : elle était dans son élément sur le pont d'un bateau, pas au milieu de la jungle luxuriante qui semblait vouloir de tout côtés vous étouffer et vous engloutir pour qu'il ne reste plus jamais nulle trace de votre intrusion sur ce sol.

    Sa guide surveillait surtout le sommet des arbres et la canopée. Danger potentiel ou proie éventuelle ? Quoiqu'il en soit, Zamarrid l'imita avec moins d'efficacité : toutes les deux secondes, elle baissait à nouveau le regard pour surveiller le sol (et surtout là où elle mettait les pieds ; ça devrait être interdit les forêts avec autant d'arbres !).

    14
    Lundi 12 Mars à 17:21

    Quelques fois, Valtava coupait les branches trop embêtantes sur leur passage, d'une manière à laisser désirer...

    À un moment, une grosse masse passa au dessus des arbres avec des beaux bruits d'ailes redoutable. Mais l'animal, passa son chemin. On ne pouvait pas le voir, au vu des branchages trop dense de la forêt mais on pouvait facilement deviner ce que c'était comme reptile. 

    La jeune femme leva simplement les yeux rapidement avant de reprendre sa quête, ne s'en souciant pas plus que ça. 

    15
    Lundi 12 Mars à 18:42

    Zamarrid avait déjà aperçu un dragon de loin, une fois, dans les îles pirates. La pauvre bête avait dû se perdre, mais en tout cas elle ne l'avait plus jamais revue par la suite.

    Elle avait entendu dire beaucoup de choses à propos de ce volcan, et notamment qu'il était le refuge de plusieurs reptiles ailés... Elle pria pour qu'aucun ne les prenne en chasse.

    Sa guide se murait dans un silence de traqueuse. La pirate n'avait pas besoin de ces précautions en pleine mer, bien au contraire, mais elle respecta son choix par nécessité et ne prononça pas un mot.

    16
    Lundi 12 Mars à 20:12

    Au bous d'un assez long moment de marché, Valtava s'accroupit et ne bougea plus, faisant un signe de main à sa coéquipière de s'abaisser elle aussi. 

    Puis, ce fut le silence, un silence de mort où seul les oiseaux et le craquement des arbres le brisait. À un moment donné, la jeune femme pivota vers Zammarid et lui fit un signe du doigts, pointé vers le sol pour lui intimer le non mouvement. Elle ne devait pas bouger. 

    De son côté, elle partie à demi 4 pattes dans les fourrées.  C'est alors que la pirate pouvait enfin voir ce qu'il se passait : il y avait une haute femme fine armé d'un bâton de bois et d'un arc. À côté d'elle se tenait un homme, bien plus imposant mais sa position en arrière de la femme montrait qu'elle était sa supérieur. Et devant eux se tenait un jeune adolescent d'une quinzaine d'années. 

    Valtava les avait contourné et se tenait maintenant bien en face de sa coéquipière, avec le groupe devant eux. Elle prit le temps de la réflexion : qui blesser en premier ? Cette femme, elle la connaissait et son agilité du milieu revenait à égale que les armes de la chasseuse. Il y avait l'enfant, jeune et encore un tentinet inexpérimenté, elle se dit en fin de compte que l'homme devait être là premiere cible. Mais pour le moment, pas de mouvement, le groupe était en alerte. C'est seulement à ce moment qu'elle se rappela qu'il ne fallait pas leur infliger de grave blessures... Pfff.... C'était plus drôle... Où était la passion du métier si on '' pouvait pas voir ses cibles souffrir ? Enfin, elle attendit un cour instant avant de bondir des fourrés en se riant sur l'enfant, juste pour énerver les adultes. 

    Bien évidement, Edfyne fut la première à réagir et à sauter sur Valtava en lui prenant le cou de ses mains. Les deux femmes roulèrent au sol. 

    L'homme allait se ruer vers elles aussi 

    17
    Lundi 12 Mars à 21:26

    La pirate obéi au premier signe de sa guide et la laissa prendre les devant sans bouger. Toutefois, lorsqu'elle entendit les premier bruits de bataille, elle ne put s'empêcher de bondir pour aller voir de quoi il retournait. Elle ne voulait surtout pas que la contrebandière aie le moindre risque de mourir dans un affrontement ! Si cela advenait, elle se retrouverait seule dans cette forêt hostile, et sans doute dans l'incapacité de retrouver le chemin de la ville !

    Elle arriva rapidement sur les lieu du combat, et vit Valtava aux prises avec une autre femme, une sauvageonne en furie. Deux autres indigènes se trouvaient là, des dangers potentiels.

    La pirate sortit son sabre, qu'elle avait bien entendu emporté à sa ceinture, et se prépara à charger... au milieu de ces branchages épais, bien plus serrés que les cordages d'un navire, et sur ce sol inégal et accidenté.

    18
    Lundi 12 Mars à 21:49

    L'homme vit arriver là deuxième femme et se rua sur elle, laissant les deux autres femmes se battrent. Lui avait une lance et se devait d'essayer de combattre le sabre avec. Au point, la lance était grande, il pouvait essayer d'atteindre d'adversaire de plus loin qu'une épée. 

    Valtava envoya un violant coup de poing dans la mâchoire d' Edfyne puis un coup de genoux dans son ventre. Maintenant que la sauvageonne (j'aime bien ce nom) était sous l'emprise des coups, il fallait que l'esclavagiste tape tout ce qu'elle pouvait. Mais bien vite, son adversaire de défendit en réussissant à stopper une main pour envoyer un coup de coude dans sa figure, Valtava se défendit avec un coup de pied tassant pour la repousser quelques instants. Edfyne roula en arrière pour amortir le coup et se releva, sautant droit sur la jeune femme, elle envoya un coup de pied dans la face, mais, bien qu'aveuglé, Valtava avait calculer sa trajectoire et lui faucha les pieds pour la faire tomber. Mais, loin d'avoir fermer les yeux, Edfyne réussi à lui prendre sa tête dans sa chute et l'emener avec elle. Lui mordant au passage la joue. 

    Enfin, se fut un combat équitable, animal, et sans merci sur les coups. 

    À un moment donné, Les deux grosses dents de capuches ecorchèrent l'indigène a l'épaule. 

    19
    Lundi 12 Mars à 22:23

    Heureusement, la pirate s'en rendit rapidement compte, l'épaisseur des taillis de la forêt jouaient pour une fois en sa faveur. Sur terrain dégagé, son adversaire aurait eut l'avantage avec sa bien meilleur allonge, mais ici cela contraignait ses mouvements.

    Zamarrid n'était pas une combattante émérite, mais elle était assez maligne pour comprendre ça. Elle décida d'en user à son avantage, et força le guerrier à contourner plusieurs arbres et faire de larges mouvements en se déplaçant entre les troncs. Elle n'attendait que le moment idéal pour frapper, celui où elle ne serait plus directement mise en danger par la pointe de la lance.

    Ce moment finit par arriver. Ou du moins, en théorie. Elle se fendit sur son adversaire, mais il avait prévu le coup et para avec son arme. Le sabre fendit le bois, s'y coinça, elle voici les deux combattant coincé en prise de fer, forcés de se débattre pour dégager leurs armes respectives.

    20
    Mardi 13 Mars à 07:22

    (ahah ! Je vois trop la scène comique pendant le combat en mode ahhh mais rend moi mon arme !) 

    Le guerrier ne chercha pas à decoincer son arme, au contraire, il s'en servit pour tirer vers lui et, si elle ne lâchait pas, alors son genoux l'attendait dans le ventre, si elle lâchait alors il lui prenait son arme. 

    21
    Mardi 13 Mars à 08:06

    Zamarrid, prise de court par la force brute du guerrier et son mouvement brusque et inattendu, n'eut pas la présence d'esprit de lâcher son arme à temps. Déséquilibrée vers l'avant, elle poussa un bref cri de surprise avant que le genou de son adversaire ne vienne la cueillir dans le ventre.

    Elle lâcha son arme sous le choc, et recula précipitamment pour s'affaler à moitié contre l'arbre le plus proche. Elle essayait de reprendre son souffle, happait des goulée d'air avec affolement. Jamais pendant un abordage un combat ne s'était déroulé comme ça : personne n'aurait idée de se défendre contre un sabre avec une arme en bois.

    22
    Mardi 13 Mars à 09:50

    Il en fallait plus pour faire peur aux Moun An'ala. Il tira un coup pour défaire les deux armes et s'approcha de la pirate. Il avançait doucement, et loin d'être menaçant. Sans lui redonner l'épée, il lui laissa le temps de reprendre sa respiration. D'une main, il lui indiqua de pas bouger. Enfin, il resta à bonne distance d'elle à la surveiller sans pour autant l'emprisonner. De toute façon, si elle voulait fuir, le plus agile ici c'était lui. 

    De leurs côtés, les deux femmes se battaient encore. Soudain, on vit Edfyne sauter et se propulser à l'aide d'un arbre sur la folle et lui envoyer un violant coup de bois dans le ventre. La pointe en avant. Le souffle également coupé, Valtava roula plus loin. Soudain elle s'enflamma elle même et se releva mais cela ne ralenti pas la sauvageonne qui était décider à s'en débarrasser. Son bois prit feu. Elle se brûla le bras et dut battre en retrait en toussant tout ce qu'elle pouvait. 

    23
    Mardi 13 Mars à 17:33

    La magie ! songea la pirate une fois qu'elle eut reprit son souffle et assisté à la démonstration de Valtava. Les indigènes ne s'en sont pas encore servit, il n'en connaissent peut-être pas l’existence ? L'idée était improbable, puisque l'utilisation de la magie relevait de l'instinct purement animal qu'aucune science n'avait besoin de venir développer. Mais sur le moment, Zamarrid n'était pas en pleine réflexion philosophique sur la science des Moun an'ala.

    Sous le regard de son "gardien", elle n'osait pas faire un geste de travers, toujours appuyée à son arbre. Elle ne voyait pas non plus comment aider la contrebandière par quelque moyen que se soit.

    24
    Mardi 13 Mars à 18:24

    De ce qu'on pouvait dire, c'était que l'indigène ne cherchait pas à la blesser, ni la tuer, enfaite, il espérait qu'elle comprenne que c'était des hommes comme les autres et qu'elle renonce à leur faire du mal car lui l'avait épargné. Pour le moment, ça avait l'air de marcher... 

    Le jeune allait partir mais Valtava le vit. T'en pis pour elle ! Les deux hommes seront bien mieux ! et d'un seul coup, un couteau sorti de sa manchette de cuir à son poignet qu'elle enfonça dans l'épaule de la jeune femme en remuant un coup à l'intérieur. Le sang gicla un coup à sa figure et Edfyne battit en retrait avec quelques pas faibles avant de s'effondrer de douleur. 

    Sans attendre, Valtava se rua à la poursuite du jeune qu'elle rattrapa au lasseau comme un vulgaire animal. Tirant avec force en arrière, l'adolescent fut stopper avant même de se rendre compte que quelque chose me serrait... Au cou. Il tomba en arrière et fut trainer de force vers le lieux de bataille sans pouvoir rien faire. 

     

    L'homme qui gardait Zammarid se rua auprès d'Edfyne en gardant à l'oeil Zammarid. Il essaya de couper le saignement mais... (C'est toi qui l'assomme ou c'est moi ?)

    25
    Mardi 13 Mars à 18:33

    La pirate n'attendait rien d'autre. Dès qu'il lui tourna le dos pour s'occuper de la sauvagonne, elle bondit à son tour et s'empara d'une grosse pierre couverte de mousse qui traînait par là. Si il se retournait, elle le lui lançait dans la tête, tant pis pour lui. Sinon...

    26
    Mardi 13 Mars à 18:54

    En entendant un mouvement, L'homme releva la tête et comme promis, Zammarid lui jeta dessus, il n'eut rien le temps de faire qu'une pierre lui atterrit sur le front. Il se tient un instant le front, la tête dans les mains. C'est à ce moment que Valtava revint, le jeune au bous de la laisse. Elle s'approcha de l'homme et lui asséna un coup de talon derrière l'oreille. De quoi l'assommer un coup. 

    Elle les ligota donc, main liées derrière le dos, accrochées au cou. En laissant Edfyne étendue au sol se tenant durement l'epaule, recroquevillé sur elle même. 

    -ca sera assez ? Demanda t-elle en regardant la pirate. 

    27
    Mardi 13 Mars à 19:31

    Elle toisa les trois indigène enfin mit hors combat. Elles avaient bien faillit y rester pour seulement trois esclaves, mais Zamarrid se voyait mal faire des centaines de kilomètres en bateau pour seulement six pauvres "marchandises".

    - Non, cela n'amortirait même pas le coût du voyage.

    28
    Mardi 13 Mars à 19:50

    Valtava la devisagea un instant. 

    -d'accord. Nous repartirons cet après midi. 

    Elle entama le chemin du retour pour les déposer à l'homme 

    29
    Mardi 13 Mars à 20:17

    La pirate récupéra son sabre et surveilla de près les futurs esclaves sur tout le chemin du retour. Pour l'après-midi, elle songeait à prendre avec elle quelques membres d'équipage supplémentaire pour éviter de prendre des risques à nouveau.

    30
    Mardi 13 Mars à 21:50

    Valtava marchait devant, tenant fermement la corde. 

    Les deux futurs esclaves n'opposaient plus de résistance. À quoi bon de toute façon... 

    À un moment, l'homme se tourna vers Zammarid, l'observa et fini par déclarer avec les mots qu'ils connaissent 

    - Sans cœur. Moi...pas tuer... Toi. Toi... Tuer moi. Murmura t-il avec un regard dépourvu de sentiment. On voyait à sa posture droite qu'il ne s'zvouait pas vaincu, contrairement au jeune qui se retenait déjà de pleurer ses parents et sa liberte. 

    31
    Mercredi 14 Mars à 06:41

    Zamarrid fut étonnée de voir que le sauvage savait baragouiner quelques mots en Tamarien. Ce ton de reproche infini dans le regard des gens, elle le connaissait pour l'avoir vu plus d'une fois lors des abordages. Elle avait apprit à passer outre.

    - Réjouis-toi, homme : tu ne va pas mourir.

    32
    Mercredi 14 Mars à 06:51

    Il ne comprit juste "pas mourir" et fit non de la tête. Plus d'une histoire des anciens avaient courru au camp pour ce que faisaient les Moun an'invelany quand ils les piegeaient. 

    - toi tuer moi. Repéta t-il en regardant la forêt et en pointant un Ocelot dans un arbre non loin. 

    La bête était passive, ne les regardait que de temps à autre et roupillait sur sa branche. Ce que voulait montrer l'homme n'était pas le danger, mais la beaute de la jungle. La liberte. Tout Moun an'ala y tenait et être supprimer de son habitat les tuait. Le dragon va être en colère. songea t-il dans sa langue sans savoir qu'au moins un des dragons était ami avec Valtava. 

    33
    Mercredi 14 Mars à 07:09

    (Ch'est beeaaau *_*)

    Zmarrid ne comprenait toujours pas ce qu'il voulait dire. C'est qu'il est buté cet homme ! Elle continua de le surveiller, mais sans lui répondre, refusant toute sorte de communication. La communication entraînait la compréhension, et la compréhension les remords. Elle n'en voulait pas.

    34
    Mercredi 14 Mars à 07:24

    (de quoi ? L'animal ? C'est un de mes félins préférés ^^) 

    L'homme (sans nom. Mais je vais peux être en faire un perso je crois... Je l'aime bien) se retourna pour marcher plus convenablement. 

    Valtava avait appercu l'animal mais avait vu qu'il ne représentait, pour le moment aucun dangé. 

    Le retour se passa sans encombres, presque arrivé, Valtava fini par parler 

    - Tu vas aller voir d'autres esclavagistes pour faire ton compte en rentrant. Je sais pas combien t'en veux mais ça fera toujours plus. Finit-elle par décider, un peu à contre cœur. 

    35
    Mercredi 14 Mars à 11:45

    La pirate hocha la tête pour montrer qu'elle avait comprit.

    - Notre rendez-vous de cette après-midi tient toujours ?

    Elle tenta une traduction maladroite dans la langue de la contrebandière au cas où le sens des mots ne soit pas très clair.

    36
    Mercredi 14 Mars à 12:57

    Valtava tourna la tête vers elle, surprise. Alors la pirate parlait sa langue, enfin, à peu près. On voyait que sa traduction était bien réfléchi mais elle était juste. 

    Elle hocha alors la tête en reprenant la route. 

    37
    Mercredi 14 Mars à 15:35

    Zamarrid la laissa emporter les deux indigènes. Elle devait retourner à l'épervier et se renseigner sur d'autres fournisseur avant de se préparer pour la sortie de l'après-midi, et demander à des membres d'équipage volontaires et motivés de venir en renfort.

    38
    Mercredi 14 Mars à 15:50

    (on continue la bas)

    39
    Mercredi 9 Mai à 17:41

    Valtava et l'équipage de la pirate ainsi que quelques autres esclavagistes se mirent en route dans la forêt à la recherche des Moon An'ala à capturer.

    La jeune femme marchait en tête, suivit de prêt par un homme de la ville et de la pirate. 

    Ils marchèrent un bon moment avant qu'elle n'ordonne l'arrêt.

    - Nous devons nous disperser ou quoi il nous verront à des kilomètres à la ronde.  chuchota t-elle à l'homme derrière elle. Formons trois groupe avec tout ce qu'on a. 

    L'homme hocha la tête et se retourna pour désigner discetement plusieurs personne puis deux groupes partir, chacun de leur côté. Mais ils ne resteraient pas loin. 

    Valtava reprit sa marche à ras les broussailles. 

    40
    Mercredi 9 Mai à 18:07

    Zamarrid entendit quelques paroles chuchotées trop rapidement pour qu'elle les comprenne entre leur guide et un de ses hommes. Les troupes se séparèrent, mais comme aucun ordre n'avait été donné pour eux, la pirate considéra qu'ils devaient continuer de suivre la femme.

    Ils s'enfonçaient de plus en plus profondément dans la jungle. Ce genre de paysage, Zammarid ne connaissait pas avant d'être arrivée sur l'île. C'était vraiment... luxuriant. Mais étouffant aussi. La preuve en était de sa dernière bataille avec un habitant des lieux : impossible d'utiliser son sabre sans risquer de se prendre dans les lianes ou les branchages.

    41
    Lundi 21 Mai à 14:23

    (je vais t'avouer que je ne sais pas comment groupiller le tout...) 

    Soudain, une flèche fila et transperça un homme derrière, qui s'effondra après une bonne seconde de souffrance. Valtava sauta par réflexe dans un buisson, imitée par d'autre. Elle tira son arc et chercha à repérer les assaillants. Elle voyait déjà une femme, une adolescente et un homme. Mais il y en avait peut etre plus... 

    42
    Lundi 21 Mai à 14:44

    (Boa... ça va se faire au fur et à mesure, on verra bien.)

    Zammarid eut à peine le temps de se rendre compte de ce qui arrivait, l'homme était déjà mort. Ses marins commencèrent à s'affoler, et elle se demanda comment les rassurer en sachant que elle-même était prise d'une angoisse certaine à l'idée d'être une cible potentielle pour des ennemis invisibles.

    Elle suivit l'exemple de leur guide, bien plus expérimenté qu'elle sur la pratique, et s'abrita sous un buisson (vite imité par ses hommes). Elle n'y voyait rien dans toute cette végétation. Donnez lui une mer, des étendues infinies, un bon vent de trois-quart et elle vous faisait un massacre ! Mais ça... non.

    Elle tira son sabre en essayant de ne pas trop s'empêtrer dans les branchages qui l'abritait, mais même l'arme à la main elle ne voyait pas comment se rendre utile.

    43
    Lundi 21 Mai à 17:00

    Valtava visa de façon à ne pas tuer la personne mais la lui retirer l'usage de sa main pour le moment. Après quelques secondes, elle tira sa flèche qui se planta dans le bras de l'homme, avec la force, il tomba à la renverse. Une autre flèche fut tirer dans leur direction. L'exclavagiste eut juste le temps de s'en tirer en bousculant Zammarid pour l'éviter. 

    Elle regarda un instant la pirate avec un sourire d'excitation et se concentra à nouveau; 

    -On bouge discrètement. Ordonna t-elle dans sa langue, en espérant qu'elle comprenne. Sur ce, elle rampas au sol en évitant les branches et racines pour ne pas faire bouger le buisson tropical. 

    44
    Lundi 21 Mai à 18:36

    Zamarrid n'avait pas tout comprit, mais elle avait décrété mentalement que la meilleur façon de s'en sortir était d'imiter leur guide. Suivit de ses marins, elle rampa à sa suite avec son sabre entre les dents. Jamais elle n'aurait eut à se trainer comme un ver sur un galion ! Vraiment, ce qu'il ne fallait pas faire pour remplir ses dettes...

     

    45
    Lundi 18 Juin à 17:35

    Sans vraiment attendre, comme laissant la pirate dans la ligne de tire, la folle ordonna l'arrêt. Leur fit signe de ne pas bouger et poursuivit sa route. Pourtant, les flèches avaient cessé de filer. Les indiens les cherchaient sûrement, ou où se cachaient. 

    Un temps de silence pesant s'écoula quand une flamme jaillit des buissons. Assez forte, elle monta au dessus des nuages avant de s'évaporer dans le ciel. À ce moment, une flèche fut tiré dans cette direction. Pas un mot de plus. Pas un hurlement de douleur. 

    Puis, une ombre, bien plus grosse qu'un oiseau s'approcha. Les battements d'ailes s'entendaient au bruit du vent dans le feuillage. Il était tout prêt. Une boule de feu fila vers les indien, pourtant sans envie de les toucher. Il n'y avait aucun doute sur la bête volante. Les admirateurs de ce spécimen levèrent un instant les yeux au ciel. Ce pauvre moment, et depuis le sol, on vit une bande d'esclavagistes grimper à l'arbre le plus rapidement possible. Il fallait les occuper encore avant qu'ils ne se rendent compte de leur ascension.. et ces humains n'était pas sot au point de se laisser hypnotiser. 

    Valtava avait juste eut le temps de revenir vers Zammarid. 

    Nous allons les occuper en lançant nos dons en l'air. Ils ne faut pas qu'ils voient les amis. 

    Elle vérifia si c'était comprit en espérant que les mots simples qu'elle avait prit soin de choisir suffiraient. Ils n'avaient pas le temps de se livrer à des pitreries pour se faire comprendre. 

    46
    Mardi 19 Juin à 10:50

    (au fait, j'ai relfechi et je me suis dit que comme sur l'île on parlait une autre langue, je pourrais la faire parler anglais ? Sans Google traduction, promis, mais ça me/ nous permettrait d'ecrire un peu en cette langue et donc nous exercer un peu ?)

    47
    Mardi 19 Juin à 19:40

    (cry Je dois admettre que c'est une bonne idée.)

    Zamarrid resta pantoise devant l'arrivé de l'imposante créature. Elle cru d'abord sa dernière heure arriver (elle n'avait vu qu'une seule fois un dragon dans sa vie, et celui-ci dormait au loin sur une berge, sans doute perdu en mer), mais s'était vite rendue compte qu'elle n'était pas agressive. Les paroles de l'esclavagiste la ramenèrent à la réalité.

    Elle n'était pas certaine d'avoir tout comprit, mais apparemment il fallait utiliser la magie vers le ciel. Et si la femme s'était déplacée pour leur dire ça, c'était pour demander leur participation en toute logique.

    La pirate hocha simplement la tête et relaya le mot à ses hommes pour qu'ils se tiennent prêts à soutenir leurs alliés.

    48
    Mercredi 20 Juin à 14:11

    Valtava laissa la pirate transmettre le mot, qui était apparemment compris. 

    - We separate and move to avoid the arrows.

    Sur ce, elle répartit en rampant avant de lancer une boule de feu et rouler sur le côté pour éviter le projectile qui se planta non loin de sa tête. En bougeant, elle bouscula une branche, qui bougea. C'est alors qu'elle eu juste le temps d'echapper à nouveau avant que l'autre flèche tirée ne la transperce. 

    C'était compliqué pour les indiens de les viser car il n'y avait que le mouvement des arbres pour leur indiquer la position des ennemis. 

    49
    Lundi 25 Juin à 17:45

    Zamarrid fit passer le mot à ses hommes :

    - On bouge.

    L'idée était assez facile à comprendre de toute façon : pour embrouiller les "proies" et ne pas rester des cibles faciles, il fallait imiter les esclavagistes et se débrouiller pour ramper sous le couvert de buissons et continuer à les harceler avec les moyens du bord.

    Zamarrid n'était pas une excellente magicienne, et malgré l'humidité de l'air elle ne voyait pas très bien quoi faire pour se montrer utile. Elle s'éloigna légèrement de la zone de combat, toujours son sabre entre les dents.

    Parmi ses hommes, l'un était un magnétiseur assez débrouillard. Il utilisa de petits rochers couverts de mousses en guise de projectiles, à seulement quelques mètres de lui.

    50
    Lundi 25 Juin à 19:21

    Le manège continua quand un indien leva la tête 

    - This is not normal ! 

    Au même moment, le groupe d'esclavagistes grimpeurs se ruèrent sur les proies sans les tuer mais dans le but de les imobliser. Le combat se fit dans les branches et quelques fois, deux hommes tombaient dans les buissons. 

    Valtava se redressa après avoir vérifié qu'il n'y avait plus d'indien libre et se rua vers ceux tombé du nid en poussant un petit cri de guerre afin d'avertir les autres de la bataille. Une bataille qui se faisait sans vouloir trop blesser dans un sens et tuer dans l'autre sens. Les esclavagistes voulaient les ligoter. 

    51
    Lundi 25 Juin à 20:54

    L'inégalité de l'équipement était amplement compensée par l'avantage du terrain et la volonté de se protéger avant tout de leurs adversaires. Comme les esclavagistes cherchaient à épargner au maximum leurs prises, ils ne pouvaient pas utiliser toute leur force de frappe. D'où l'incertitude dans laquelle Zamarrid restait plongée.

    Quelques indigènes étaient tombés, ou avaient volontairement sauté des branches. Zamarrid avait perdu de vue leur guide, et se trouvait de toute façon bien assez occupée avec ses propres problèmes : un indigène lui fonçait dessus, voyant sans doute en elle un dernier rempart avant la liberté. Ou alors pour aider ses amis aux prises avec les autres adversaires. Elle se redressa, sabre à la main, pour l'accueillir comme il se devait (et bien entendu éviter de le blesser...).

    Dans le même temps, un de ses marins (le magnétiseur justement) se retrouvait aux prises avec un autre indigène. Imposant, orné d'un impressionnant... "tatouage" de dragon, armé d'un couteau d'os et d'une lance en bois. Il représentait aux yeux du pirate toute la sauvagerie d'un peuple de chasseurs arboricoles. Lui avait son sabre à large coque, l'autre son couteau primitif. Il en aurait bien rit, mais... c'est qu'il était hargneux ! Et dans la végétation dense, son arme courte lui donnait l'avantage. Le combat se déporta peu à peu sans que le marin s'en rende compte.

    52
    Mardi 26 Juin à 09:22

    Valtava combattait avec un coequipier contre un seul indigène. Ils avaient en effet l'avantage du terrain, mais les armes étaient égales et les esclavagistes avaient l'habitude de combattre dans ces conditions. Bien que les indiens restaient meilleur, c'est pour cette raison qu'elle avait choisi le combat en équipe. Ils avaient moins de chance de se faire blesser et pouvaient passer au suivant plus rapidement. 

    Les deux personnes attrapèrent les bras de l'homme, dont le tatouage était moyennement fini. Valtava lui envoya le genou dans son ventre, pour couper sa respiration et le plier. Dans ce même instant, son coéquipier se tourna pour lui faire une clé de bras et l'envoyer au sol. L'indigène voulu se défendre en tentant de poignarder la cheville de Valtava seulement, elle lui écrasa le poignet de tout son poids pour le faire lâcher prise. Elle le désarma tout entier le temps qu'il était immobiliser puis tira une corde accrochée dans son dos, cachée par sa cape en peau de bête. La jeune femme ligota les mains et les pieds et le releva d'une poigne pratiquement aussi forte que celle d'un homme. 

    - Go back to the camp with him. Ordonna t-elle. 

    Il s'écarta donc du combat dans le plus de discrétion malgré la résistance du prisonnier. 

    Valtava se retourna et évalua le combat. D'autres personnes avaient adopté cette technique. Ils le pouvaient facilement au vu de leur nombre 2 fois supérieur. Cette expédition allait être une victoire, elle le sentait. Sans perdre plus de temps, elle repera Zammarid seul contre un homme et un de ses matelot en très mauvaise posture, et les rejoignit en quelques bon. Elle fonca par derrière sur l'ennemi de la pirate, l'agripa avec ses pieds et lui tordit la tête en arrière en tirant les cheveux. Sous la surprise, il ne put balancer son poids du corps pour rester sur ses pieds et ils tombèrent au sol, la jeune folle sous lui. Il se debattit avec enragement et faillit planter son couteau dans le jambe de la combattante. Zammarid devait l'aider et vite car bien que sa position lui protege le corps, ses membres l'étaient bien moins. 

    53
    Mardi 26 Juin à 09:31

    (au fait, tu es en vacances quand toi ? T'as pas le bac de français par hasard ?)

    54
    Mardi 26 Juin à 10:29

    (Je suis en "vacances" actuellement : j'ai terminé les cours, j'ai passé mon épreuve écrite, et il ne me reste plus que l'orale. Mais c'est le moment où vous me verrez le plus, car je pars le 5 Juillet jusqu'à la mi-Août avec très peu de chance de pouvoir me connecter entre-temps.)

    Zamarrid buta contre une racine et cru que s'en était fini. Mais non. Son adversaire se retrouva soudain tiré en arrière en mit au sol. Elle reconnu d'un coup d’œil sa guide (difficile de ne pas la reconnaître après tout) et s'empressa de lui venir en aide.

    La pirate attrapa le poignet de l'homme qui tenait son arme et le tira à elle comme pour le relever. Sauf qu'elle utilisa son élan pour passer dans son dos et lui faire une clé-de-bras. Enfin, un combat tel qu'elle le connaissait. Pas des singes hors de portée ni des diables entre les branchages.

    Elle attendit que Valtava se relève pour l'aider, car une fois dans cette position elle ne pouvait pas ligoter seule sa "prise". Elle avait déjà bien assez de mal à le contenir malgré sa position avantageuse.

    55
    Mardi 26 Juin à 13:52

    ("le plus" et "très peu de chance de me connecter" ?? Du coup ça donne quoi ?) 

    Valtava fut libérée du poids de l'homme et se releva en un bon. Elle profita de l'immobilisation de la proie pour tirer une autre corde et le ligoter puis le fouiller pour retirer toutes armes qu'elle s'appropria. 

    - one minute. Fit-elle à la pirate avant d'aller aider son matelot qui avait un couteau planté dans les cotes et qui peinait à essayer d'échapper à l'homme au grand tatouage. Même Valtava hésita un instant avant de se jeter comme une bête sur lui. Par derrière, toujours, elle lui enfonça les ongles dans les yeux. Un de ses doigts passa meme entre la boule de l'oeil et l'os. Douleur intense. 

    Une main lui prit les cheveux et l'envoya baladée. Elle se releva comme si aucune douleur ne lui lançait dans le bras, dut à la chute. Mais l'homme était aveuglé par le mal. Elle n'attendit pas et se rua à nouveau sur lui pour lui envoyer de gros coups dans le visage, puis dans les parties génitales et lui arracher le poignard des mains. Elle vit du sang sur son visage venant de l'oeil dont le doigts était passé sur le côté. 

    - shit. Pesta t-elle. Un demi borne... T'en pis. Elle lui envoya un dernier coup dans les dents et le ligota alors qu'il se tordait encore de douleur. Une fois sûre qu'il n'avait plus d'arme, elle le laissa et s'approcha du matelot à qui elle arracha le couteau des côtes. 

    Il la regarda après une hurlement de douleur. Elle sourit froidement et lécha le sang sur le couteau puis rit avant de le ranger et prendre son col pour le relever. Un instant, le blessé regarda sa cheffe, dégouté par le geste de l'esclavagiste. Son regard plein de doute demandait s'ils avaient vraiment bien fait de la suivre... En contre partie, elle venait de lui sauver la vie. Il se remit faiblement sur ses pieds et la suivit. 

    Valtava lui donna la corde de l'ancien ennemi et se tourna vers Zammarid. 

    - Go back to the camp with them. And him. 

    Elle désigna un homme tirant une adolescente. Lui savait sûrement le retour au camp. 

    Puis elle répartit aider les autres 

    56
    Mardi 26 Juin à 14:29

    (ça donne que je suis là jusqu'au 5 juillet, mais qu'après je ne pourrais plus venir pour un bon moment.)

    Zamarrid attendit que son marin la rejoigne et le soutint pour l'aider à marcher.

    Le risque était le même que lors d'un abordage. Elle cherchait à se convaincre. Il savait à quoi il s'exposait. Ce qui ne rendait pas les actes de leur guide plus "civilisés". De toute façon, elle en aurait bientôt fini avec elle. plus qu'à rentrer en ville, payer les esclaves, et reprendre la mer. Il était plus que temps.

    Pour le moment, elle obéi sagement et suivit l'homme désigné, toujours en soutenant son marin.

    57
    Mardi 26 Juin à 14:37

    Le matelot était reconnaissant de l'aide de sa pirate. Il tenait les deux cordes et leur nouveau guide l'aida en prenant la corde de celui le plus apte à reprendre la défense. 

    58
    Mardi 26 Juin à 16:23

    Zamarrid guetta brièvement en arrière. Ses deux autres hommes se battaient encore, ils la rejoindront avec le gros des troupes lorsque tout les indigènes possibles auront été capturés.

    La jungle était toujours aussi dense, mais relativement après la lutte acharnée, elle trouvait toujours plus évident d'y marcher que d'y manier le sabre.

    59
    Mardi 26 Juin à 18:24

    Tout le monde se battit avec acharnement. Quelques jeunes écoutèrent enfin leurs aînés et réussirent à échapper aux dents des traqueurs. Le reste, en nombre trop réduit, se voyaient ligoter. 

    Valtava avait continué à envoyer un homme sur deux pour les ramener à petit feu. Car elle avait vu partir certain, il fallait filer avant que toute la tribu ne les prennent en cercle. Autant en emmener le plus possible. Elle vit un des esclavagistes mourir d'un couteau dans la gorge et se rua sur son assassin qui se vit également ligoter. Elle avait compté les secondes depuis le départ du jeune et annonça d'une voix forte le repli en brandissant un couteau. Sans discuter, tout le monde se mit à tirer les prisonniers, assommer ceux qui tentaient encore de les libérer voir en tuer un ou deux pour montrer que ce n'était plus du combat "gentil" 

    (Et voilà on peut rentrer !)

    60
    Mardi 26 Juin à 18:26

    (suite direct à la ville ?)

    61
    Mardi 26 Juin à 18:37

    (si tu veux ? )

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :