• Zone "clandestine"

    Ancien pirates, exilés, bandits reconvertis... L'île volcanique a tout pour attirer cette faune dans ses régions les plus reculées : pas d'autorité présente, des ressources pour se faire une nouvelle vie, et même un nouveau commerce dans lequel se lancer.

    Car oui : la principale activité des quelques villes clandestines parsemées sur la côte ouest est l'esclavage. Et assez organisé qui plus est.

    Des groupes partent en forêt à intervalles réguliers, armés jusque aux dents, et capturent le plus d'indigènes possible avant de revenir en ville. Les nouveaux esclaves ainsi déclaré, les "chasseurs" sont payés par des trafiquants et les pauvres Moun an'ala sont parqués dans des bâtisses (voir à l'air libre) en attendant d'être revendus. Régulièrement, des esclavagistes de Tamarie (Fa'ar Almadina) ou des îles pirates viennent se fournirent sur l'île volcanique, et c'est à qui rapportera les meilleurs esclaves !

    Après cela, les Moun an'ala deviendrons esclaves domestiques, ou "gladiateurs", voire pire...

    Bien sûr, ce trafique n'est pas autorisé par la Tamarie, qui traque dès que possible les esclavagistes ! Mais alors, pourquoi la zone clandestine, pourtant connue des autorités Tamariennes, existe-t-elle toujours ? Pas uniquement grâce à la prudence des trafiquants : personne n'a vraiment envie de risquer la vie de ses soldats pour des sauvages du fin fond de la jungle qui ne parlent même pas la même langue que soi.


  • Commentaires

    1
    Dimanche 14 Janvier à 09:44

    (super, j'essaie de la faire aujourd'hui)

    2
    Dimanche 21 Janvier à 17:47

    Valtava rentra dans la ville avec deux nouvelles personnes,  maintenant répondant sous le nom d'esclave.  Mais que cela lui importait ? Rien.  Du moment qu'elle avait son argent la salle gosse.  

    Elle alla les porter a son habituel "employeur" 

    -Bonjour.  

    Mais elle ne répondit rien et lui tendit la corde qui servait de laisse et de menotte.  

    Un peu moucher,  il la prit et lui donna son argent sans attendre,  car il y a qu'un an environ,  Valtava avait tuer un marchand d'esclave pour avoir fait trop attendre la monnaies.  Et elle n'y était pas allée de la manière la moins douloureuse.  Passons le détails.  

    Elle tourna les talons pour s'en aller se désaltérer dans un bar au milieu de tous ces barbares qjj faisaient ses collègues.  

    En s'approchant du bar,  elle commenda une Bonn bière.  

    (Je dois continuer toute seule ?) 

    3
    Dimanche 21 Janvier à 17:49

    (Tu m'fais un peu pitié toute seule sur ton île... J'hésite entre faire venir ma pirate et créer encore un perso pour l'occasion... sarcastic)

    4
    Dimanche 21 Janvier à 17:53

    (Comme tu veux.  Mais c'est vrai que je suis une peux seule'..)  

    5
    Dimanche 4 Mars à 17:35

    "L'Epervier" entrait dans le port, ses voiles noires fièrement gonflée.

    Lorsqu'ils fut bien amarré aux docks, toutes voiles baissées, la capitaine monta sur le pont et s'adressa à son équipage :

    - Nous n'avons pas fait assez de prises ces derniers temps pour amortir la réparation du vaisseau. Je sais que vous n'aimez pas ça, et moi non plus, mais nous sommes obligés d'en arriver là : comme prévu, nous allons faire ici le plein de "marchandises" et nous les apporterons sur la côte Tamarienne. Si tout se passe bien, nous aurons des bénéfices suffisants pour reprendre la piraterie traditionnelle et laisser tomber ce commerce de trafiquant. Vous avez quartier libre pour la journée, mais je vous veut tous en forme et clair d'esprit demain à l'aube au cas où nous devrions reprendre la mer plus vite que prévu.

    6
    Dimanche 4 Mars à 17:53

    Valtava (qui est une éternelle sans fiche :/ :) ) les regarda accoster sans aucun sentiment particulier sur le visage. Si ce n'est qu'elle se réjouissait qu'ils embarque les indiens. Comme ça, elle sera sûrement chargé d'aller en voir d'autre. 

    Elle espérait qu'au moins ces messieurs allaient apportés un peu d'animation la dedans. Un sourire vilain se dessina sur ses lèvres à en découvrir ses dents blanches. En plus des dents de tigre devant son visage dut à sa cape en peau de tigre blanc, dont la capuche était la tête. 

    7
    Dimanche 4 Mars à 17:54

    (merciiii plume !!)

    8
    Dimanche 4 Mars à 18:00

    (Ouuuups... un oubli corrigé, c'est bon. Pour la suite, j'attends de voire si Jolie Lune voudra garder Flamme ou pas, parce que ça fait un moment que je ne lui ait pas donné l'occasion de la jouer.)

    9
    Vendredi 9 Mars à 09:17

    (du coup ?)

    10
    Vendredi 9 Mars à 21:31

    (Du coup j'attends toujours la réponse de Jolie Lune, mais je crois que je vais passer outre.)

    11
    Dimanche 11 Mars à 18:08

    (Bon... Je crois que je vais continuer sans l'attendre, puisque malgré mon insistance elle ne répond pas.)

    Après s'être assurée que tous dans l'équipage avaient entendu et approuvé ses paroles, Zamarrid descendit du bateau. Il fallait qu'elle trouve un trafiquant avec lequel marchander.

    Elle n'avait que peu de contact ici, car elle évitait en général l'Océan et la proximité avec les côtes de Dunétoile. Elle ne voulait pas non plus se lancer durablement dans le trafic de chaires humaine : elle était une pirate, mais elle avait ses principes. Piller, voler et massacrer était une chose. Caputrer et rançonner aussi. Faire un trafic de vie humaines dans des conditions abominables en était une autre.

    12
    Dimanche 11 Mars à 19:00

    Valtava commençait à se languir de cet arrivée et se détourna pour marcher... Sans vraiment d'endroit, juste marcher. 

    13
    Dimanche 11 Mars à 19:10

    Zamarrid se renseigna auprès des passants, habitués des échanges douteux et autres trafics illicites. On lui conseilla plusieurs adresses, et certains lui désignèrent Valtava, justement sur les quais en ce moment.

    Voyant là une occasion d’entamer ses recherches de marchandage, la capitaine se dirigea à grands pas vers la trafiquante. Elle ne savait pas encore quelle langue savait parler cette femme à la vêture aussi étrange que son maquillage, c'est pourquoi elle commença par la saluer d'un simple signe, la laissant commencer si elle souhaitait engager la conversation. Soit elle était maligne et avait comprit pourquoi Zamarrid venait la voir, soit elle ne l'était pas et alors la pirate ne compterait pas faire affaire avec elle.

    14
    Dimanche 11 Mars à 19:40

    La jeune traqueuse dévisagea la nouvelle arrivante.  Elle veut quoi la wisiti des mers ? se demanda t-elle, moqueuse de ses gestes. Hé ! Personne ne lui avait apprit à réfléchir plus vite. C'est seulement après qu'elle se dit qu'elle avait une chance de récupérer de l'argent. 

    - C'est pour les singes de la forêt ? Demanda t-elle sans lui retourner son salut. (Délire sur les macaques, va savoir...). 

    Comment savoir pourquoi cette femme venait la voir ? Valtava servait d'esclavagiste, de mercenaires, pariait de l'argent sur des têtes, alors bon, elle pouvait plus vraiment deviner d'avance ce qu'on allait lui demander. Mais pour une pirate, cela lui paraissait logique qu'elle veuille deux trois Noirs 

    (Arghhh tu peux pas savoir comme ça m' hérisse le poil de parler comme ça. J'ai horreur de ça) 

    15
    Dimanche 11 Mars à 19:59

    (la wisiti des mer ?)

    - Les singes de la forêt ? s'étonna Zamarrid.

    Elle parlait surtout le Tamarien des marchand, et l'argot des marin. La langue de Valtava lui était accessible, mais pas au point de saisir les sous-entendus et les subtilités de langage. L'aurait-on mal comprise sur le port ? Elle ne voulait pas faire une trafique d'animaux exotiques ! Comment trouverait-elle des acheteurs ailleurs que dans des villes où elle finirait pendue ?

    - On m'a dit que vous aviez des esclaves à vendre. Est-ce vrai ?

    16
    Dimanche 11 Mars à 20:56

    - si ! J'ai vendu deux adolescents à un vendeur ce matin mais je suis pas sûr qu'il les ait encore. Je peux aller vous en chercher. 

    Son ton n'était pas de toute courtoisie et froid mais c'était son son habituel. 

    Bien sûr, elle ne comprenait pas tout non plus mais avec "avoir" "esclaves" "vendre" on arrive à peu près à la bonne phrase. 

    17
    Dimanche 11 Mars à 21:07

    - Je suis intéressée, confirma-t-elle.

    Elle espérait trouver de la "marchandise" en quantité et qualité suffisante pour faire de bon profits et ne pas avoir à répéter l'expérience.

    18
    Dimanche 11 Mars à 21:10

    -Il vous en faut combien ? Des exigences ? 

    Au début de sa..."profession"...  Valtava avait l'impression de vendre des meubles mais maintenant, elle les considérait ainsi. 

    19
    Dimanche 11 Mars à 21:16

    - Montrez-moi ce que vous proposez. Je jugerai par moi-même.

    Elle espérait n'avoir pas utilisé des termes trop difficiles. Le barrage des langues était toujours détestable pour une voyageuse comme elle.

    20
    Dimanche 11 Mars à 21:22

    Valtava avait un peu près compris le "montrez" ça lui suffisait. 

    Elle la conduit donc d'un pas rapide vers son employeur et parla rapidement de s langue 

    -Elle veut voir les esclaves que tu as. 

    - il ne me reste que les deux jeunes de ce matin.

    - Montre ! 

    sans d'autres mots, il se précipita à l'intérieur pour ressortir deux indiens enchaîner l'un à l'autre. 

    -Voila. 

    Valtava se tourna alors vers la pirate pour voir ce qu'elle en pensait. 

    21
    Dimanche 11 Mars à 21:26

    Zamarrid le observa et hocha la tête à plusieurs reprises. Oui, les indigènes avaient l'air d'être en bonne santé, en bonne forme physique, et il se vendraient probablement très bien sur un marché des esclaves. Restait à savoir si elle pourrait s'en procurer en quantité suffisante : elle ne pouvait pas faire tout ce voyage pour deux pauvres individus.

    - Je suis intéressée. En avez-vous d'autres ?

    (ça me fais le même effet que toi : c'est révulsant de s'entendre parler comme ça)

    22
    Dimanche 11 Mars à 21:44

    Elle mit un petit moment pour essayer de déchiffrer ses paroles avant de faire non de la tête .

    - mais il y en a plein la forêt. Dit-elle en pointant du pousse dans la direction de la jungle. 

    Elle n'allait quand même pas lui conseiller d'autres marchands qui n'avaient pas voulu la payer ! D'ailleurs fallait qu'elle règle des comptes avec eux... 

    23
    Dimanche 11 Mars à 21:50

    - Et nous pourrions aller en chercher ? questionna-t-elle encore.

    Elle était prête à mettre la main à la patte si il le fallait, ce n'était pas une poignée de sauvages qui allaient lui faire peur. La femme à qui elle s'adressait avait l'air de connaître son affaire, elle saurait où trouver ce qu'elle voulait.

    24
    Dimanche 11 Mars à 21:59

    Elle hocha une nouvelle fois la tete. Bien sûr qu'on pouvait aller en chercher. 

    Puis, elle disparu dans une pièce, la laissant seul avec l'homme qui ne savait plus faire de ses deux esclaves. Quelques secondes plus tard, elle ressortie avec une corde, une ceinture équipé et autres. C'est qu'elle n'avait pas pour habitude d'amener son acheteur en forêt mais puisqu'elle avait dit "nous"... Et puis s'était une pirate, elle devait savoir se battre. Enfin, elle se dirigea vers la sortie de la ville. 

    25
    Dimanche 11 Mars à 22:11

    Zamarrid lui emboîta le pas. Elle n'avait aucune idée de comment se déroulaient les expédition de la trafiquante, mais cela ne pouvait pas être bien différent d'une prise d'otages sur un bateau.

    26
    Lundi 12 Mars à 06:27

    (on va en forêt du coup)

    27
    Lundi 12 Mars à 07:29

    (Tu commences ?)

    28
    Lundi 12 Mars à 07:30
    29
    Samedi 17 Mars à 15:26

    Les deux femmes étaient de retour en ville avec leurs prises. Zamarrid prit directement la direction de son bateau : pour faire les transactions, elle voulait déjà savoir qui la suivrait ou non en expédition et quelles étaient ses chances de rapporter suffisamment de "marchandises".

    30
    Samedi 17 Mars à 16:34

    Valtava etait partie confier les deux hommes a son ..."coequipier" et en avait profiter pour rapidement manger. 

    Enfin, elle regarda le soleil. Le temps de manquait pas et une petite evasion avant de reprendre la traque ne pouvait que lui faire le plus grand bien. 

    La jeune femme sortit une nouvelle fois de la ville, en prenant soin de veririfer que personne ne suivait, meme si ce n'etait pas un secret, elle ne voulait pas se trimbaler un pot de colle trop curieux. Elle avait horreur des curieux ! 

    31
    Samedi 17 Mars à 16:46

    Parmi son équipage, la pirate réussit à convaincre trois de ses hommes les plus volontaires... ou sanguinaire. Elle avait aussi beaucoup insisté sur le fait qu'il fallait laisser leur proies VIVANTES et EN BONNE SANTÉ.

    Elle se rendit ensuite sur les quais, à la recherches de nouveaux esclavagistes pour étoffer son stock.

    32
    Lundi 16 Avril à 12:57

    L'après-midi accourait à grands pas. Zammarid avait trouvé quelques autres fournisseurs avec lesquels elle avait dû négocier durement le prix des "marchandises", et maintenant elle si dirigeait vers le lieu de rendez-vous avec l'étrange trafiquante. Ses trois hommes marchaient derrière elle sans la lâcher d'une semelle. Elle savait qu'elle pouvait leur faire confiance, ils étaient dans son équipage depuis plusieurs années et ils avaient vécus ensemble plusieurs abordages parfois remportés de justesse. Ils étaient des pirates, des vrais, des durs. Pas de vulgaires contrebandiers !

    33
    Dimanche 6 Mai à 11:40

    (Fidaè ? Que devient Valtava ?)

    34
    Dimanche 6 Mai à 12:16

    (oups, oui bah elle se balade ^^') 

    quelques heures passèrent, l'après midi était au comble du commencement quand l'esclavagiste à la peau de vampire (vu par les habitant de l'île) fit son apparition aux portes de la ville clandestine. 

    Bien que sa position droite, son regard dur et sa mâchoire serrée ne laissait aucune trace de contentement, un psychique devinerait qu'elle venait de vivre la plus folle des aventures, la plus merveilleuse. Il lui tardait d'y retourner. Mais le devoir de tout bon chasseur d'humain l'appelait ici afin de remplir la commande de la pirate. 

    Elle trouva alors son groupe ainsi que d'autre de ses concourants habituel vers sa cliente. 

    La saluant d'un signe de tête, elle parcourut la petite assemblée du regard alors qu'un sourire destructeur vint embellir ce visage froid. La rendant moins rassurante encore. 

    Un homme à la peau matte de tout homme vivant ici s'approcha d'elle et lui parla dans la langue de l'île 

    -On t'attendait. Où compte-tu allé pour les chasser ? 

     Elle tourna la tête vers cet homme et le considéra du regard avant de répondre, impérieuse. 

    -Nous sommes bien assez, on attaque non loin du camp. 

    N'osant rien dire de plus, l'homme hocha la tête sans un mot et se recula. 

    Valtava se tourna alors vers la cheffe pirate 

    35
    Dimanche 6 Mai à 14:17

    Zamarrid avait tout juste saisit quelques mots de l'échange entre la femme et son subalterne. Pas assez pour comprendre le sens global de leurs phrases.

    Lorsque la trafiquante se tourna vers elle, elle prit son inspiration avant de parler :

    - Nous sommes prêts.

    Elle n'aimait pas beaucoup cette femme étrange, et pourtant elle avait connu bien des personnalités avant cela. Par son allure pour commencer, mais surtout par son métier. Zamarrid tuait des gens parfois, elle les pillait souvent, et elle pouvait ruiner des marchands... Mais elle se dégoutait du trafique d'êtres humains. Elle ne faisait cela que par obligation et conservait son dégoût pour les esclavagistes de toutes sortes.

    36
    Dimanche 6 Mai à 17:05

    Valtava eut un temps de réflexion. Personne ne lui avait apprit à parler les autres langues ! Elle avait l'impression d'être un chien ne comprenant pas ce que voulait l'humain. Pas habituée non plus au sens de la déduction ou rien qu'à faire travailler son cerveau. Mais avec le ton, le mot qu'elle comprenait et à la phrase coûte faite, elle comprit et s'engagea donc vers la sortie de la ville. 

    37
    Dimanche 6 Mai à 17:19

    Zamarrid fit signe à ses homme de suivre le mouvement, ce qu'ils auraient fait de toute façon.

    Ils étaient beaucoup plus nombreux que se matin, nota la pirate. Avec de la chance, ils parviendraient à rapporter plus de proies.

    38
    Dimanche 6 Mai à 18:47

    (on va en forêt)

    39
    Dimanche 6 Mai à 19:22

    (Tu commences ?)

    40
    Dimanche 6 Mai à 21:26

    (ok...)

    41
    Dimanche 1er Juillet à 09:28

    Après une longue marche dans la forêt, le groupe arriva enfin en ville. Zamarrid s'inquiétait pour le marin blessé qui montrait de plus en plus de signes de faiblesse, et fut soulagée de voir apparaître les bâtisses miteuses abritée de la baie.

    La "récolte" était clairement meilleures que la veille, mais le risque avait été élevé cette fois aussi. Et si les deux femmes étaient tombée sur un groupe aussi nombreux dès la première fois ? ... La pirate préférait ne pas y penser.

    Mais il restait un mystère qu'elle n'avait pas encore comprit : le dragon. Pourquoi la créature était-elle arrivée pendant la bataille et n'avait-elle pas attaquée ? Qu'elle soit attirée par le bruit et le sang, soit. Mais un prédateur en chasse se contente rarement de faire un peu de vol stationnaire et d'observer.

    42
    Dimanche 1er Juillet à 10:04

    La troupe revenait, certains plus ou moins blessés. Quelques femmes s'approchaient des plus blesser et proposait leur aide mais en temps qu'homme voulant être dur et sans pitie, la plupart refusait et les bousculait pour passer leur chemin. 

    Une femme s'approcha de Zammarid et pointa le marin mal en point. Elle était jeune mais abîmée, tout autant physiquement que mentalement au vu de sa tenue avachis, soumise, timide de sa proposition par peur de se prendre une claque dans la figure. Mais elle montra un bandage pour se faire comprendre, et pointa le marin, qui tombera sûrement dans quelques heures. 

    Le reste de la troupe s'occupa d'enchaîner les prises entre elles à leur pieds, mains et cous puis attendirent la suite des ordres pour savoir s'ils devaient les monter maintenant dans le bateau ou les parquer en attendant. 

    Valtava arriva seulement, elle avait hésité à rentrer par les voies aériennes mais avait finalement préféré marcher. Elle retrouva Zammarid avec un sourire carnassier, vainqueur, où tout simplement content d'avoir vécu une autre bataille. Une idée lui trotait dans la tête : partir d'ici avec eux. Car bien que les années se soient écoulées, elle avait toujours en tête de retrouver sa sœur. 

    43
    Samedi 25 Août à 13:48

    Loin de se douter des pensées de Valtava, Zamarrid s'occupait de son équipage. Elle opina de la tête pour autoriser la femme à s'occuper du marin, non sans graver son visage dans sa mémoire directe au cas où il arrive le moindre malheur à son homme.

    En voyant arriver l'étrange et malsaine femme qui lui avait servie de guide, la pirate fronça légèrement les sourcils. Elle ne lui rendit pas son sourire mais ne se montra pas impolie au point de la fusiller réellement du regard. Qu'elle le veuille ou non, cette femme s'était montrée fort utile. Il était temps de la payer. Un mystère restait à éclairer, mais le barrage de la langue n'allait pas l'aider.

    44
    Samedi 25 Août à 15:33

    Valtava décida de refuser l'argent en échange de son voyage. Ou la moitié de son argent. D'un geste de main, elle lui fit comprendre et pointa le bateau du doigts. 

    - I want to go with you. 

    La piraterie ne dois pas être bien différente de l'esclavage ? On est méchant qui tuent et volent, et ne respectent rien. Les dires d'une personnes simple d'esprit. Elle voulait changer et partir avec eux sans devenir une personne seine d'esprit. Enfaite, elle ne le sera jamais. 

    45
    Samedi 25 Août à 18:00

    - Sorry ?

    Zamarrid voulait avoir mal comprit. Cette femme sans foi ni loi comptait partir avec eux ? Et pourquoi faire ? Son petit commerce de chaire humaine ne lui suffisait plus ? Zamarrid ne voulait pas de cette présence malsaine à bord, mais si de l'argent était mis en jeu elle était difficilement en position de discuter. Ses dettes aux îles pirates étaient trop importantes pour cela.

    46
    Samedi 25 Août à 18:09

    Ah ! Elle sourit. Car elle avait toujours se sourire malsain collé au visage. Elle attrapa un de ses deux dents de tigre devant son visage, venant de sa cape et répéta. 

    -  I want to come with you. 

    Pour appuyer ses paroles et s'assurer que cette fois, cette idiote de pirate allait comprendre, elle désigna d'un regard le bateau. 

    Qu'elle veuille ou non, de toute façon, elle montera dessus. Et repartira quand bon lui semblera. Mais elle voulait faire un tour en mer a côté de personnes qui devaient être tout aussi peu fréquentable. 

    47
    Samedi 25 Août à 18:16

    - Are you sure ? Ocean is verry dangerous, and... so different of your island.

    Elle ne comprenait pas cette soudaine décision. Aussi bien la pirate s'était trouvé très mal à l'aise dans la jungle, aussi bien l'esclavagiste risquait de ne pas apprécier le mal de mer et la monotonie des trajet en bateau.

    48
    Samedi 25 Août à 18:27

    Elle fronça les sourcils. 

    - I'm never afraid ! Fit-elle comme vexée. Et surtout pas de ça ! Son dragon n'allait pas la laisser se noyer. Et elle ne s'ennuyait jamais, elle avait toujours des occupations. L'esclavagiste comptait les prendre d'ailleurs.

    Il est vrai qu'elle avait prit cette décision au hasard. Ça lui était venu alors qu'elle avait vu le bateau se remplir en rentrant..

    - NEVER ! 

    elle sourit a nouveau, son ton était très dur et haut et d'un seul coup, elle se mettait a rire. Sa langue passa sur ses dents, bouche ouverte. Ca ne voulait strictement rien dire. 

     

    49
    Samedi 25 Août à 21:28

    - So... Okay. But you must work for the ship.

    Zamarrid n'aimait pas ça. D'ordinaire, elle choisissait ses membres d'équipage avec soin, parmi les hommes motivés, expérimentés et dignes de confiance. Cette femme n'appartenait à aucune des catégories. La pirate était même tentée de penser que l'esclavagiste allait leur porter malheur (elle était parfois superstitieuse, malgré sa logique assez terre à terre).

    50
    Samedi 25 Août à 22:47

    Valtava ouvrit grand la bouche en un sourire et fit tourner un couteau qu'elle avait tenu dans ses mains. 

    - of course.  I am going to get my things and occupations. 

    Sur ce, elle rangea son arme derrière son dos et s'en alla en se griffant la joue de son ongle. Un geste qu'une personne "normal" aurait fait en signe de réflexion, sans se faire mal pour autant. 

    51
    Dimanche 26 Août à 10:26

    (Au fait, ça n'a strictement rien à voir mais l'âne ne boîte plus du tout depuis quelques jours. La technique d'internet devait être efficace.)

    Zamarrid garda son regard fixé sur le dos de la folle qui s'éloignait. Entre elle et les nouveaux esclaves, difficile de dire qui avait l'apparence la plus "sauvage".

    - Hello lady ! Are you interest by the most INCREBIBLE thing of the world ?

    La pirate se retourna et tomba nez à nez avec un petit homme à l'air miteux qui lui balançait un espèce de pendentif sous le nez.

    - Hors de ma vue espèce de mal-élevé ! Tu trouve que j'ai l'air d'une touriste ?!

    Si il ne comprenait pas la phrase, le ton serait suffisant pour le faire fuir. Au grand damn de Zamarrid, il fit une sorte de révérence exagérée et poursuivit en Tamarien.

    - Ho, je vois que vous parlez la langue continentale. Vous m'en voyez ravi, je l'aime beaucoup. Mais attendez donc avant de vous énerver, j'ai là un objet que vous ne verrez nulle part ailleurs, et je suis prêt à vous la céder pour un prix modique !

    Zamarrid ne détestait rien de plus que les charlatants, si ce n'est les charlatants qui ciblaient leur clientèle dans la foule.

    - Je ne suis pas intéressée, MERCI. Donnez-le à votre fils, votre chien, votre belle-mère... je m'en fiche mais laissez-moi tranquille.

    Elle espérait que son ton accompagné d'un lourd regard de ses yeux vairons allait suffire à dissuader l'homme de continuer.

    Il était décidément plus coriace qu'un bernacle.

    - Mais A-TEN-DEZ donc de voir ce merveilleux talisman à l’œuvre ! Il protège des maladies, éloigne le malheur et renforce considérablement la magie !

    Les paroles habituelles des charlatants vendeurs de babioles. Zamarrid se donna une dernière chance avant de l'envoyer à l'eau par-dessus les ponts du port.

    - Si il est si efficace, gardez-le donc. Il vous fera peut-être gagner des habits moins bouffés aux mites.

    Comment faisait-il pour garder son sourire commercial après toutes les insultes ouvertement placées par la pirate dans ses réponses ? C'était un mystère.

    - Essayez-le donc une fois, juste une. Essaie gratuit, rapide et sans contrainte. De quelle magie êtes-vous ?

    Cette fois, Zamarrid fut plus étonnée. Ce n'était pas le fonctionnement normal d'un charlatant... à moins qu'il n'y ait un piège ? Non, rien ne pouvait améliorer la magie de quelqu'un, si ce n'était l'aide d'un autre mage. Il devait s'en trouver un autre dans la foule.

    - Vous verrez bien. Faites-voir votre amulette ?

    Elle voulait le voir se faire ridiculiser. Si elle ne disait pas quelle était sa magie, il ne pouvait pas savoir auquel de ses co-équipiers demander d'agir. Et donc son plan tombait à l'eau, avec lui juste après.

    Très fière de son cheminement de pensée, Zamarrid tendit la main pour recevoir la breloque. L'homme la lui donna sans sourciller ni se départir de son sourire. Soit il était très bon acteur, soit elle s'était encore trompée du tout au tout.

    Le collier se résumait à un simple caillou vaguement bleuté attaché à une corde de lin. Elle le prit dans le creux de sa main, et son contact n'eut aucun effet particulier. Souhaitant poursuivre l'expérience jusqu'au bout pour ridiculiser cet agaçant escroc, elle se concentra sur sa magie.

    Élémentaire d'eau sans don particulier, Zamarrid ne jugeait pas la magie comme un atout fiable pour la navigation. Si au cour des combat un magnétiseur doué pouvait écraser son ennemis d'un coup de baume, elle n'allait pas s'en plaindre, mais le reste n'était que du temps et de l'énergie perdue pour pas grand chose. Pas grand chose, en effet, quand on sait qu'elle arrive à peine à geler l'eau d'un bol en s'y concentrant. Elle avait essayé toutes sortes de choses étant petite, quand elle habitait encore avec ses parents, mais toutes s'étaient soldées d'échec. Elle avait donc fait une croix sur la magie depuis bien longtemps.

    Dans un port, ce n'était pas l'eau qui manquait. Elle pouvait essayer de geler l'eau de la mer, mais l'eau de la mer était salée, ce qui lui compliquerait encore la tâche. Elle cherchait un récipient qui contiendrait de l'eau douce pour montrer à tous son mièvre pouvoir, quand une sensation étrange la titilla. De l'eau, il y en avait partout. Dans les planches humides du quai, dans le sang des personnes allentours, dans l'AIR lui-même. Elle comprenait mieux comment faisait les autres élémentaires pour faire apparaître de l'eau de nulle part : il faisaient simplement passer celle présente dans l'air à l'état liquide, soudainement et en grande quantité !

    Cette révélation se solda par une forte envie d'essayer. Elle se concentra sur ces particules en suspension qui ressortaient si fortement dans son esprit et les força à reprendre leur état liquide. Elle ne s'était pas rendu compte qu'elle avait fermé les yeux, mais quand elle les rouvrit, l'homme devant lui était trempé comme si il s'était prit un verre d'eau sur le crâne.

    - Je vois... que vous avez découvert les capacité magiques de mon amulette.

    Elle desserra lentement la main autour de la pierre. Comment était-ce possible ? Elle était certaine de n'avoir reçut aucune aide : la sensation était trop intense pour avoir été soufflée par qui que se soit. En reposant le bijou dans la main de l'homme, elle se rendit compte qu'elle avait les marques de ses arrêtes dans le creux de la main. Elle l'avait serré bien plus fort que ce qu'elle pensait.

    Elle s'avoua vainque.

    - Votre objet m'intéresse. Où l'avez-vous trouvé ?

    Avec des pierres pareilles, elle pouvait faire fortune ! Surtout dans les régions en guerre, où il étaient prêts à vendre père et mère pour renforcer leurs armées.

    - Vous me pensez idiot au point de vous le dire ?

    Il avait prit la mouche, cette fois.

    - ... mais je ne suis pas mauvais bougre : je l'ai trouvé tout à fait par hasard quelque part dans la jungle de l'île. Il en existe bien d'autres effectivement, que je suis prêt à vendre en gros.

    Il avait comprit son idée apparemment, ce qui n'était pas pour déplaire à la pirate.

    - Dans ce cas, gardez-m'en de côté. Je reviendrai.

    - Ha, mais vous vous croyez la seule à vouloir de ces merveilles ?! Je ne fais pas de réservations. Je peux en entreposer, mais il vous faudra payer maintenant.

    Elle se doutait que le prix devait être exorbitant, malgré les affirmation de l'homme. Et elle n'avait pratiquement plus rien une fois acheté les vivres pour la traversée et les esclaves pour marchandise.

    - Je n'en n'ai pas encore les moyens... mais je reviendrais.

    Il haussa les épaules.

    Peut importe : elle était prête à attaquer d'autres navires transportant ces petites pierres si il fallait, mais ces objet avaient attirés sa curiosité. Elle les voulait, et elle les aurait.

    52
    Dimanche 26 Août à 11:28

    (outch…. Du coup ça n'a pas marché ? Qu'est ce qu'il a ce pauvre petit âne…) 

    Pendant ce temps, Valtava rentra chez elle. Du moins dans l'atelier où Zammarid l'avait trouvé. Elle prit une porte et observa un instant sa chambre. Enfaite, c'était ça chez elle. Elle n'avait rien à prendre car elle portait déjà tout sur elle, la seule chose qu'elle devait emporté était ses deux "amis". Ligotés au fond de la pièce, cachés t'en bien que mal derrière le lit, bâillonnés et abimés. Elle se dirigea vers eux et vit déjà des larmes coulés d'un des deux hommes. Il ferma les yeux, comme s'il s'attendait à se faire frapper. L'esclavagiste prit la corde et les fit lever.

    - Come on ! We're going to travel !

    Les deux hommes, affaiblit, dont l'ossature était bien visible se levèrent temps bien que mal et la suivirent tête basse.  

    Valtava ressortit toute contente de pouvoir quitter cet endroit miteux et rejoignit la pirate, qui était en pleine discussion. Ne s'approchant pas trop, elle écouta et se trouva forte intéressée. La folle lâcha ses deux souffre-douleurs (qui ne pouvaient pas aller bien loin de toute manière) et s'approcha de l'homme par derrière en attendant la fin. Elle compte vraiment les acheter ? Alors qu'il doit en avoir plein sur lui ? Et pourquoi les vendrait-il si ça rend si puissant ? Sans comprendre, elle décida de lui offrir, en femme généreuse qu'elle était. D'un geste rapide, elle lui arracha des mains et tira son couteau. L'homme se retourna surpris et eu un mouvement de recule lorsqu'il vit les poils de sa barbichette tombés. 

    - Don't move, rat bag (walala l'insulte en anglais ça va pas mdr), or I'll just cut a little farther than your beard. Menaça t-elle en lui pointant le couteau vers la gorge, sans le toucher. 

    - Or I'll burn you alive. I Don't know… What hurts the most ? 

    Elle rit. La souffrance était son arme favorite. En plus, si ce collier avait de réels pouvoir, qu'elle ne croyait pas, elle n'allait pas avoir de mal. 

    53
    Dimanche 26 Août à 12:08

    (Mais, si : je viens de dire à l'instant qu'il ne boite plus. Il se pore à ravir.)

    L'homme avait cette fois perdu son sourire. Il regardait en alternance la folle et la pirate, sans comprendre le lien éventuel.

    - She's not with me, prévint Zamarrid qui ne voulait pas s'attirer d'ennuis.

    Elle recula même de quelques pas pour voir la suite de l'altercation.

    Le miteux tourna un regard affolé vers Valtava.

    - You... you can't stole this thing, or a terrible malediction will toutch you !

    54
    Dimanche 26 Août à 14:35

    (mais s'il ne boit plus ?! Crotte ! j'ai confondu "boite" avec "boit" … Bah t'en mieux alors ! c'est génial !) 

    La vilaine ricana. 

    - Stolen or sold, the pebbles will make the difference ? Elle ricana à nouveau et rangea le collier dans une poche arrière. 

    - Where are the others ? 

    Pour menacer l'homme, elle sortit un autre couteau, montrant que le tuer ne la gènera pas, et qu'elle le fouillera une fois mort. Il doit bien en avoir d'autre sur lui ce charlatan, pour vouloir les vendre. Une fois un vendu, il en sort un autre et recommence son baratin.  

    55
    Dimanche 26 Août à 19:59

    (Ha ! Effectivement, si il ne buvait plus c'était inquiétant. Mais non non, tout va très bien.)

    Il pâlit violemment au point que son visage sembla plus délavé que sa bure miteuse.

    - I.. In my pocket.

     

    Zamarrid se demandait si l'esclavagiste était toujours ainsi ou si elle se le permettait dans la perspective de son départ imminent. Dans les deux cas, c'était l'acte d'une femme sans gène ni manières, mais surtout sans valeurs morales. Même pour une pirate, c'en était affolant.

    56
    Dimanche 26 Août à 20:14

    Avec son couteau, elle lui fit signe de lui donner. Pour qu'il les place sur la lame. Que c'était plaisant de le voir pâlir de peur. De le voir céder si facilement ! Il aurait tenu tête, elle se serait énervé et l'aurais tuer. Puis après l'aurais fouillé. Enfin ! S'il continuait comme ça, elle allait peut-être le laisser partir. Ah ! quel amusement, elle ne s'en lasserait jamais. 

    57
    Dimanche 26 Août à 20:21

    Zamarrid nota que sa main tremblait en fouillant dans les amples poches de son vêtement. Elle n'aurait même pas été surprise si on lui annonçait que sa vessie avait lâché.

    Finalement, il ressortit fébrilement quatre ou cinq autres pierres accrochées de la même manière artisanale au bout de cordelettes d'occasion. Il les tendit à Valtava sans trop savoir qu'en faire.

    58
    Dimanche 26 Août à 20:29

    Valtava passa la pointe de sa lame dans le rond du collier et les ramena à elle. Hé voilà. De nouveaux bijoux sans même dépensé une pièce. 

    - You con go find it now, railla t-elle, If you find it in our jungle, it must not be very complicated. 

    Elle lui fit signe de partir en observant les pierres. Bien belles, en effet, mais de là à dire qu'elles sont magique. N'y portant pas plus d'intérêt que ça, elle les lança à la pirate et retourna chercher ses deux souffre-douleurs. 

    - They are my friends. Expliqua t-elle brièvement à Zammarid. Des amis prient de force, ligotés et bâillonnés, dont les yeux écarquillés d'horreur prouvaient largement ce qu'avait dut leur faire subir la folle. Et leur corps en témoignaient également. Mais s'était ses amis, disait-elle. 

    59
    Dimanche 26 Août à 20:37

    L'homme resta quelques instants figé sur place, tremblant sans comprendre ce qui venait de lui arriver. Personne dans la foule n'avait fait le moindre geste pour l'aider ni le protéger. Ici, c'était chacun pour soi. Enfin, il partit sans demander son reste, se prenant les pied au passage dans sa bure trop grande.

     

    Zamarrid attrapa les bijous au vol, sidérée. Elle avait vraiment fait ça pour elle, pour lui être agréable ? Sans doute parce que l'idée lui était passée par la tête et que son esprit dérangé ne supportait pas la contradiction. La pirate n'arrivait vraiment pas à voir Valtava sous un jour positif.

    - Your... friends must work too. We're not tourism ship.

    Elle était déjà dégoûtée à l'idée de transporter de la marchandise humaine. Ses parents ne seraient pas fiers d'elle à l'heure actuelle. Mais alors, ces... choses. Hors de question de les nourrir gracieusement pour le bon plaisir de cette folle.

    60
    Dimanche 26 Août à 20:47

    - My friends can't work ! lui cracha t-elle au visage en lançant, sans même le controler vraiment, un de ses couteaux au pieds de la pirate, qui réussi par un miracle à se planter entre deux dalles. 

    Elle la fixa d'un air de tueur pendant de longues secondes puis ajouta en retrouvant son sourire malsain et surjouant ses paroles en appuyant la pointe de son deuxième couteau sur un de ses doigts, en le faisant tourner. Pas assez fort pour s'ouvrir la peau. 

    - Don't worry about it. He's going to die tonight and the second tomorrow night. Not need to feed them. 

    Et elle passa une nouvelle fois sa langue sur ses dents en ouvrant la bouche. Enfaite, elle devait faire cela quand elle s'apprêtait à faire souffrir une personne. 

    61
    Dimanche 26 Août à 21:01

    Zamarrid en resta figée. Glacée.

    Comment pouvait-on planifier ainsi la mort de personnes humaines, et parallèlement les qualifier d'"amis" ? Il fallait réellement être... troublé mentalement.

    Elle soupira finalement et essaya de contrôler sa répulsion.

    - So... Okay. But I don't want any problem with them.

    62
    Dimanche 26 Août à 21:29

    - No problem. Thank you my new friend ! 

    Il était mauvais présage de se faire appeler ''ami'' par cette femme, elle-même ne savait pas pourquoi elle l'avait appelé ainsi. 

    Sur ce, elle monta la rampe (je ne sais pas comment ça s'appelle) pour monter sur le bateau. Elle se retourna en cour de route. 

    - Oh ! I think my dragon will come to. 

    Sans écouter d'autres questions, elle reprit son chemin et monta pour la deuxième fois de sa vie dans un bateau. Elle s'arrêta à nouveau pour le détailler du regard. Il lui fallait une chambre. 

    63
    Dimanche 26 Août à 21:42

    Zamarrid tiqua légèrement sur le mot "ami", mais la seconde phrase accapara toute son attention.

    - Your... dragon ?!

    Trop tard, elle était montée sur le navire et avait disparu à sa vue. SON dragon ? La créature qui leur avait rendu un fier service durant la bataille était SON dragon ? Il était possible de domestiquer ces monstres ? Vu l'allure de la maîtresse, elle n'osait pas imaginer la créature derrière.

    La pirate monta à son tour, accompagnée par les hommes qui l'accompagnait. Celui qui était en train de se faire soigner les rejoindrait plus tard.

    - You will sleep in the hold, like other seaman.

    Il n'y avait que deux cabines à bord : la sienne et celle de son second.

    64
    Dimanche 26 Août à 22:30

    Une cale ? C'était un endroit fermé comme la chambre. Ca lui convenait. Et puis les matelots pourrons être spectateur du spectacle de ce soir avec un de ses amis. Pourquoi pas.

    - Okay ! Where is it ?  

    D'ailleurs, elle n'attendait qu'un truc c'était que le bateau s'éloigne du port pour commencer. Ca allait être long, autant finir avant minuit sinon, elle allait encore être fatiguée. Ca lui prenait un temps fou, sidérent. Faudrait vraiment que j'apprenne à faire ça plus vie. Se dit-elle. Mais une voix dans sa tête la contredit Mais non ! Il faut faire durer le plaisir ! la voix diabolique renchérie. Bah oui ! si ça va trop vite, ce n'est plus drôle ! Tu commenceras par les yeux ? Comme ça il ne verra plus rien de ce que tu vas faire ensuite ! ihih ! Valtava sourit malicieusement et répondit. Avec plaisir ! L'échange prit fin, elle put se reconcentrer sur Zammarid

    65
    Dimanche 26 Août à 23:14

    Sans se douter aucunement du dialogue intérieur de la femme, Zamarrid lui désigna une trappe qui descendait sous le pont.

    - Here.

    Elle ne comptait de toute façon pas partir le soir même. Pour commencer, les quelques hommes qui l'avaient accompagnée était épuisés et blessés, et de nombreux membres d'équipage manquaient encore à l'appel. Ensuite, la marée était plus intéressante tôt le lendemain, pour éviter de se retrouver projetés par le courant contre des récifs mal placés.

    66
    Lundi 27 Août à 09:21

    Valtava s'y dirigea pour commencer à visiter le château. Elle descendit sans peur n'y crainte du noir qu'il y faisait à l'intérieur et parcouru la pièce de long en large en laissant ses deux amis à l'entrée. Au final, elle se choisit le coin le plus sombre et alla chercher son chargement pour les assoir ici. 

    - Don't move my fiends. 

    Et elle ressortit, toute contente. Là, elle visita le bateau. Une bien belle vue sur le port, ce n'était pas déplaisant. Non, ce qu'elle voudrait vraiment, c'est vivre son premier pillage. 

    67
    Lundi 27 Août à 09:59

    (Le château ? sarcastic)

    Zamarrid avait cessé de s'intéresser à elle, et discutait avec le second. Ils décidaient ensemble de l'heure exacte de départ pour le lendemain en estimant les marée. Pour s'arracher à cette anse, il fallait prendre la marée à son maximum juste avant qu'elle ne recommence à baisser. Sinon, les courants allaient bien sûr les pousser vers la pleine mer, mais au risque de s'écraser contre des récifs. Le contrôle valait toujours mieux que la vitesse.

    - Tu préviendras les hommes que tu verras rentrer ce soir. Moi, j'ai à faire dans ma cabine.

    Le second opina de la tête. La pirate se rendit compte que tout le monde ici parlait couramment le Tamarien, et que c'était l'unique langue utilisée à bord pour les manœuvres. Grand peuple de marchands, les hommes de Tamarie avaient été des pionniers en navigation et beaucoup de terme à bord venaient de cette langue. Valtava allait devoir s'adapter si elle voulait rester à bord.

    68
    Lundi 27 Août à 10:06

    (le château ?) 

    La folle ne savait plus quoi faire. Elle avait horreur de s'ennuyer et ne savais pas quand ils allaient partir. Elle s'assit au tout devant du bateau et se cala entre les deux rembardes de bois. Les genoux ramenés vers sa tête, on aurait cru à une enfant malheureuse. 

    Vivement ce soir ! fit une voix dans sa tête. 

    Oh oui alors ! tu lui arracheras les ongles ? 

    oui sûrement. 

    et elle continua à planifier sa torture du soir, il n'y avait que ça qui tournait dans sa tête pour le moment, et puis ça l'occupait. 

     

    69
    Lundi 27 Août à 10:28

    (Sur ta première ligne, faute de frappe ou de correcteur automatique.)

    Avant de retourner dans sa cabine, Zamarrid jeta un regard à Valtava. Si elle commençait déjà à s'ennuyer, c'était mal partit.

    Elle ouvrit finalement la porte découpée dans le gaillard arrière et entra dans SA cabine. Des cartes, des instruments de navigations, des ornementation piquées ici et là sur des butins... son petit coin rien qu'à elle où personne n'avait le droit d'entrer sans son autorisation. C'était le principal luxe d'être capitaine.

    Elle s'assit sur son lit et ressortit les pierres récupérées par la folle. Elle avait vraiment craint un instant qu'elle ne tue l'homme, le seul sans doute à connaître la provenance de ces étranges cailloux, mais heureusement ce dernier s'était montré... très serviable.

    Elle les fit jouer à la lumière d'une bougie, fascinée par les reflets moirés de la première. Les autres étaient plus ternes, simplement un peu bleutés, de vulgaires cailloux en apparence.

    Elle en prit un au hasard et ferma les yeux, s'attendant à retrouver la même sensation que sur le quais. Déception totale : il ne se passait rien. Elle se leva et s'approcha de sa table : un petit broc d'eau avait été déposé, idéal pour tester sa magie. Elle se concentra à nouveau et chercha à la geler. Nouvelle déception : la difficulté restait la même que d'habitude, sans que la pierre serrée au creux de sa main de change rien. Frustrée, elle la lança avec force sur son lit, ou elle rebondit mollement sur les couvertures.

    Zamarrid tourna en rond dans sa cabine. Comment était-ce possible ? Il s'était réellement passé quelque chose tout à l'heure, et elle restait persuadée que la pierre en était l'auteur. Aussi surprenant et contraire à son éducation cela puisse être !

    Prise d'un doute, elle attrapa la première pierre, celle qui avait des reflets bleus, la même qu'elle avait utilisé précédemment devant l'homme. Elle ferma les yeux, et à nouveau la sensation afflua. C'était très léger, comme un voile posé sur les épaules, mais pour elle qui n'avait aucune affinité avec la magie c'était déjà grisant.

    Elle avait fait son diagnostique : une seule pierre était vraie. Les autres, de vulgaires et vagues copies façonnées par cet escroc pour tromper les acheteurs insouciants. Il n'y avait jamais eut qu'une seule pierre, et en vouloir plusieurs caisses était une aberration qui l'aurait conduit à la ruine. Heureusement finalement qu'elle était à sec... et heureusement que Valtava était intervenue. Même si elle rechignait à l'admettre.

    70
    Lundi 27 Août à 10:34

    (ah oui, je suis sur ordi. C'est une faute de frappe de… le messager entre la cellule "pense" à la cellule "écrit" du coup, badaboum, bateau c'est transformé en château. Fait moi pensé d'aller le disputer. (pfff, il n'y avait pas pire excuse. Mais grossomodo t'as compris que j'avais pensé bateau et que j'avais écrit château mdr) )) 

     

    (j'ai plus rien à faire moi je crois) 

    71
    Lundi 27 Août à 10:43

    (Tout ça pour ça... ^^)

    (On peut passer au soir, puisque Valtava attend ce moment avec tant d'impatience...)

    72
    Lundi 27 Août à 10:47

    (ouais ! je détaille tout ou j'abrège ?) 

    73
    Lundi 27 Août à 10:51

    (Ho... Comme tu voudras. J'ai bien dis "comme TU voudras", hein. Pas "comme Valtava voudrais".)

    74
    Lundi 27 Août à 10:52

    (Je vis mes personnages… Donc si c'est Valtava qui le fait, je le fais aussi… ca aurais été une autre personne, je n'aurais surement pas cherché à tout détaillé… du coup ?) 

    75
    Lundi 27 Août à 10:57

    (Bon... Bah comme tu sens. Tu te lances et tu verras bien ce qui viens ou non.)

    76
    Lundi 27 Août à 10:59

    (d'accord merci !) 

    77
    Mardi 28 Août à 09:19

    Le soir tant redouté par les deux prisonniers arriva, enfin pour Valtava. Qui attendait depuis un moment, regard fixé à l'horizon dans l'attente que les derniers rayons du soleil ne disparaissent. Enfin, elle se rua vers la cabine de la pirate et ouvrit la porte. 

    - It's the time ! Fit-elle avec les grands yeux. La prévenir ne servait surement à rien, elle allait de toute manière l'entendre mais elle voulait juste voir sa petite tête avant. Sans attendre de réponse, elle fit demi tour et s'en alla dans la cave. Un ou deux matelots y dormaient, surement épuisés de leur journée. Mais Valtava faisait parti de ses personnes qui ne s'arrêtaient pas du matin, au soir, et qui plus est, qui ne respectait pas la fatigue des autres. Que respectait-elle de toute manière ?...  

    Ses deux souffre-douleurs la regardèrent comme si elle était le diable incarné. Se mirent à pleurer comme pour la supplier. Ils avaient bien entendu sa préméditation avant de monter dans le bateau et que, en la connaissant, ils n'allaient pas simplement mourir de quelques coups de couteaux dans le cœur.

    Valtava vit un chaise au loin et la prit pour la ramener à côté d'eux. Elle en libéra un, le fit assoir sur la chaise et lui attacha membres et cou. Puis elle le regarda en se frottant les mains. Sa langue se passa à nouveau sur des dents puis elle s'assit à califourchon sur ses genoux meurtris. Doucement, elle prit sa pauvre tête dans ses mains, effleurant les griffures de la veille. Sa tête se rapprocha, elle le fixa et dit d'une petite voix.

    - Don't cry… You won't remember this evening, I promise.

    débâillonné, l'homme ne répondit rien et se contenta de serrer la machoire. 

    La folle descendit ses mains sur son torse puis se releva en prenant plaisir à regarder son état déplorable. Elle lui mit un tissu entre les dents, pour essayer d'étouffer un minimum de bruit. Encore chez elle, plus ils criaient, plus ça l'excitait, autant ici, elle préférait les entendre souffrir en silence. Allez savoir pourquoi. Enfin, elle tira sa précieuse arme et se plaça derrière lui. Tenant le couteau entre ses dents, elle lui massa un instant les épaules et la nuque. Il aurait pus en prendre plaisir, mais les circonstances faisaient que même ça lui faisait mal. Enfin, sans crier gare, elle attrapa son arme de torture et lui planta dans les deux yeux. L'homme recracha le tissu et hurla à la mort. Le sang se mit à coulé sur ses joues , ses bras puis sur la chaise. 

    La folle reposa ses deux mains à sa mâchoire et laissa le sang coulé sur ses mains. 

    L'autre homme avait également hurlé, de douleur pour son congénère.

    (je dois y aller, je reviens cet aprèm. Et ça te laisse le temps si jamais tu veux faire intervenir quelqu'un.)  

    78
    Jeudi 30 Août à 18:19

    Le hurlement dura un instant, ce qui eut dont de réveiller les deux matelots en sursaut. Ils regardèrent la folle qui les fixa en leur faisant l'éternel signe "shut" de son doigts couvert de sang. Et qu'il n'essaye pas de l'arrêter où ils y passeront aussi. Mais ils eurent au moins l'intelligence de remonter de la cave sans rien dire pour se diriger en catastrophe vers la cabine de la pirate. Le temps d'une inspiration, l'un d'eux toqua et attendit l'accord pour rentrer. 

    En attendant, Valtava reprit son occupation favori et repassa sur le devant. Le plus minutieusement possible, elle retira la couche de peau à certains endroit pour former un œil type chat, mais plissé, il ressemblait plus à celui d'un dragon. Ce qui n'était pas surprenant. Le torturé serrait les dents et la chaise aussi fort qu'il le pouvait. Il n'arrivait plus à fermer les paupières, laissant un orbite bien répugnant à regarder. 

    79
    Jeudi 30 Août à 21:39

    (Rhaaaaa ! Noooon ! Mon pavé, il a disparu ! Connexion internet pourrie, je te hais ! Plus le courage pour ce soir... désolé, tu devras attendre demain. cry)

    80
    Vendredi 31 Août à 07:42

    (oh non ! Je compatis pleinement !)

    81
    Vendredi 31 Août à 11:50

    Zamarrid était assise sur son lit, un livre sur les genoux. Elle n'arrivait pourtant pas à se concentrer sur sa lecture, assaillies par un trop plein de pensées parasites. Les pierres par exemple, posées de côté sur un coin de la table, mais aussi les esclaves, les dettes, et ses faiblesses de la journée... la simple présence de la folle à bord en était une preuve indéniable.

    Elle pensait jusque là avoir été une bonne capitaine. Elle avait navigué jusqu'aux limites des mers connues et pillé plus d'une dizaines de navires marchands à bord de l'Epervier. Et maintenant, elle en était réduit à la traite des esclave, dernier recourt de tout navigateur respectable. Si ses parents pouvaient la voir en ce moment même...

    Soudain, la porte s'ouvrit grand, la faisant se lever d'un bond, prêe à agonir l'imprudent qui entrait dans sa cabine sans frapper. Elle se retrouva nez à nez avec une Valtava surexcité, et n'eut même pas le temps de réagir que la folle avait déjà tourné les talons pour se précipiter vers la cale.

    "L'heure" ? L'heure de quoi ? Cette femme est vraiment étrange...

    Zamarrid soupira et referma la porte. Elle ramassa le livre qu'elle avait fait tomber en se levant précipitamment et le rangea sur son étagère, entre les traités de géographie, les atelas et les cartes célestes. Elle avait perdu sa page... peu importe, elle ne savait même plus où elle en était de toute façon.

    Elle se rassit sur sa couchette et se laissa tomber en arrière. Quelle journée éprouvante... Il était grand temps qu'elle se termine.

    Malheureusement pour elle, son souhait était loin de se réaliser. Un cri retentit, abominable, douloureux.

    Ça vient de mon bateau !

    Qu'est ce qui pouvait pousser un homme à produire un son pareil ? Même pendant le pire des abordages qu'elle avait pu connaître, elle n'avait rien entendu de tel. Ses premières pensées se dirigèrent vers Valtava.

    Elle se releva et se dirigea vers la porte. Dans le même temps, on frappa contre le linteau de bois. Elle ouvrit et se trouva face à deux de ses marins, aussi tourmentés que si ils avaient vus la mort en personne.

    - Que se passe-t-il ? L'esclavagiste ?

    Pour elle, ça ne faisait aucun doute. Elle avait vu son regard lorsqu'elle menaçait l'homme sur les quais, elle avait vu ses "amis" qui montaient à bord... Cette femme n'était pas saine d'esprit, le doute n'était plus permis.

    82
    Vendredi 31 Août à 12:22

    (en effet, je comprends que tu ai été dégoutée…) 

    Les deux matelots ne s'attendaient pas à avoir la pirate face à eu si rapidement. Ils hochèrent la tête. T'en pis pour les explication, Zammarid avait l'air de vouloir aller voir.  

    - Le sang coule à flot et elle rit. Réussit à dire l'un des deux en lui laissant le passage, priant pour qu'elle la laisse sur son île, ou qu'elle la fasse tuer ou enfermer dans le cachot. Mais, par pitié, qu'elle ne dorme pas dans la cale avec nous. car il n'était pas question de se laisser tomber dans le sommeil du moment que cette dézinguée était à côté. Allez savoir ce qu'elle pourrait faire d'eux le temps qu'ils dormaient. 

    Pendant ce temps, Valtava enfonça sa point de couteau entre l'ongle et la peau d'un des doigts du souffrant. Elle le fit jusqu'à ce que l'ongle ne se décroche. Il criait à nouveau, entre ses dents serrées à l'extrême. Puis, pour lui retirer cette douleur, l'esclavagiste lui coupa le doigts. Comme si elle se consolait. Plus d'ongle douloureux, plus de souffrance. N'étais-ce pas logique ? Elle entama un autre doigt. 

     

    83
    Lundi 3 Septembre à 10:03

    Zamarrid attrapa son sabre par précaution et referma derrière elle la porte de sa cabine en grommelant entre ses dents. Les cris persistaient, toujours aussi atroces.

    - Restez là, intima-t-elle aux deux hommes.

    Et elle descendit à son tour en fond de cale.

    Le spectacle était affolant. Même pour elle, qui en avait déjà vu beaucoup, autant de violence gratuite était inconcevable.

    - STOP IT, NOW ! hurla-t-elle pour se faire entendre malgré les cris et gémissements.

    84
    Lundi 3 Septembre à 10:25

    Valtava sursauta a l'ordre et se retourna en se relevant. L'homme cessa de crier bien que la douleur était toujours atroce. 

    La folle sourit et remarqua le sabre de la pirate. Pourquoi devrait-elle arrêter ? Entre méchant, on ne s'arrete pas, on se rejoint. Non ? 

    Elle afficha une mine interrogative surjouée. 

    - Do you want to play with me ? Demanda t-elle en tendant le manche du couteau. 

    85
    Lundi 3 Septembre à 11:57

    La pirate afficha une mine dégouté. Et en plus, l'esclavagiste se moquait d'elle ?

    - You're on MY ship. You can't do everything what you want. You can't do... this.

    Elle désigna le pauvre homme du bout de son sabre. Elle ne le voyait pas entièrement pour le moment, mais le peu qu'elle voyait ne lui donnait pas envie d'en savoir plus sur les traitements infligés par Valtava.

    86
    Lundi 3 Septembre à 12:18

    - I promised you would not be pissed off with my friends, I promised he would not remember anything. and I promised the voices to hurt him. I must continue ! 

    Elle se détourna vers l'homme et s'accroupit a nouveau a cote de lui. Ignorant alors royalement Zammarid. Elle lui ouvrit la bouche en appuyant fortement sur l'angle de la machoire. Elle enfila son couteau et avant que quiconque ne puisse réagir. Elle lui coupa les joues de l'intérieur. Sa bouche s'agrandit. Il hurla a nouveau. 

    87
    Lundi 3 Septembre à 12:28

    Horrifiée, elle resserra sa prise sur la poignée de son sabre.

    - I say : STOP !

    N'y tenant plus, elle s'avança et bouscula Valtava. Dans le même mouvement, elle plongea sa lame dans la poitrine de l'homme, visant le coeur.

    88
    Lundi 3 Septembre à 18:39

    Valtava bondit en arrière, par peur que le sabre soit porté vers elle et regarda son ami se faire tuer, qui lui, regarda Zammarid non pas avec une mine pleine de nouvelle douleur et de surprise qu'elle le tue, mais au contraire, avec un regard qui ne pouvait que la remercier de son geste. Sa tête tomba en avant, le corps resta tenu par les cordes. 

    L'esclavagiste resta bouge bé en regardant tour a tour les deux personnes puis parla d'un murmure, comme profondément touchée. 

    - you kill my friend ?... You... you killed my friend ?! I did not finish! I... I did not finish ! 

    Elle continua a prononcer ces deux phrases comme si elle n'en revenait pas. Elle fixait Zammarid d'un regard traumatisé. 

    Kill her! hula son demon dans sa tête. 

    No ! Otherwise you will not be able to stay on his boat. contra le minimum de raison qu'elle avait. 

    Si on la tue, on pourra prendre le contrôle du bateau et torturer les marins ! se rajouta la voix diabolique. 

    - I have to kill you. You killed my friend. 

    Valtava s'approcha alors d'elle en gardant ses yeux grands ouverts, le poignard dans la main.

    89
    Lundi 3 Septembre à 18:49

    Zamarrid retira le sabre de la poitrine de l'homme, sans se préoccuper de la litanie démentielle de Valtava. Cette femme était dérangée, peut-être à plaindre autant que ses victimes.

    Cependant, elle se retourna brusquement en comprenant le sens des deux dernières phrases, soudain inquiète.

    - What ? You... Go back !

    Elle affermi sa prise sur son sabre et regarda alternativement le poignard et le visage de la folle. Elle était on ne peut plus sérieuse.

    90
    Lundi 3 Septembre à 20:34

    Valtava continua d'approcher sans crainte. 

    Arrete ! Elle peut encore nous servir. 

    Non ! Elle a tuer notre jeu ! Tue la ! 

    Réclame une bonne chambre en contre partie... 

    Une fois morte tu auras même sa chambre ! 

    alors qu'elle gardait la même expression du visage, le débat faisait rage dans sa tête. Elle qui était habituellement si "spontanée" dans sa manière d'être. Là, c'était les voix qui parlaient en même temps a lui en donner le tournis. 

    - I want to kill you, slowly. Continua t-elle sans reculer devant le sabre pointé sur elle. D'un seul coup, elle se baissa en grande rapidité, habituée aux combats sans espaces, en arrière, les genoux pointés vers Zammarid, les pieds touchants ses omoplates. Avec la rapidité qu'elle avait prit, elle se leva a quelques millimètres sur la droite du sabre afin de se redresser et bloquer l'arme de la pirate de son petit couteau. Elle ne pouvait donc pas la trancher en deux horizontalement. Mais Valtava s'arrêta. Son regarda changea. Elle louchea, regarda dans le vide, sur les côtés, le sabre, Zammarid puis ses pieds, le plafond... Le débat dans sa tête était un broua incessant et incompréhensible. Migraine. 

    - Kill. Pain. Bed. Ground. Boat. Dragon. Happiness. Misfortune. Pirate. Slave. Me.you. 

    Des mots sans queue ni tête puis enfin, elle fixait a nouveau Zammarid et explosa de rire, tellement fort que l'extérieur pourrzit l'entendre. Ses yeux étaient si grand ouvert qu'on les croirait exorbités. Puis enfin, calme, son visage se fit sérieux. La tension qu'elle mettait sur le sabre se fit inexistante. Son couteau était simplement posé. 

    - I don't kill you now, but, I don't want to work. Ok ? 

    91
    Lundi 3 Septembre à 20:54

    Surprise de cette passe non conventionnelle, Zamarrid tenta de reculer, et se retrouva bloquée par le cadavre de l'homme toujours attaché à sa chaise.

    Le souffle court, elle vit passer dans les yeux de son adversaire une foule de sentiments différents et une hésitation surprenante. Surprenante mais bienvenue.

    La pirate se trouvait dans une situation critique. Elle ne pouvait se permettre de garder cette folle instable à son bord, mais si elle refusait sur le moment, elle risquait la mort. Elle n'était pas suffisamment douée au sabre pour être sûre de l'issue du combat, malgré son allonge avantageuse.

    - You... I can't... OK.

    Elle fini par se rendre à l'évidence : quelque soit son choix par la suite, elle était obligée d'accepter pour le moment. Si il fallait se débarrasser de cette envahissante invitée, ce sera avec son équipage derrière elle et un avantage numérique certain.

    92
    Mardi 4 Septembre à 07:52

    Valtava se retira d'un pas. 

    - Perfect. 

    Elle rangea son couteau et s'en alla 

    93
    Mardi 4 Septembre à 10:09

    Zamarrid prit quelques instants pour reprendre son souffle. Elle se rendit compte seulement maintenant qu'elle s'était pratiquement arrêtée de respirer lorsque la folle avait maitrisé son sabre avec son petit poignard.

    Elle regarda autour d'elle et passa de l'homme à la poitrine transpercée au second, encore vivant, tremblant au fond de la cale. Comment avait-elle pu accepter que ces deux là montent à bord ?

    Elle remonta finalement sur le pont, son sabre toujours couvert de sang, et l'esprit tournant dans le vide à cent à l'heure. Elle y croise le regard de ses hommes d'équipage, qu'elle ne pu supporter car elle n'avait pas été digne d'une bonne capitaine là dessous.

    - Demain, leur affirma-t-elle en langue Tamarienne.

    Demain, elle aurait son équipage au complet, son second avec lequel réfléchir, et surtout une nuit de sommeil derrière elle. Demain, elle pourrait se débarrasser de cette envahissante personne.

    94
    Mercredi 5 Septembre à 06:40

    Ankatha alla s'asseoir au même endroit que la dernière fois, au temps où elle attendait de s'amuser. Là, elle attendait de pouvoir dormir. Il lui fallait le calme absolu, sinon, elle s'énervait et la fatigue ne pouvait que prendre ses bagages pour partir loin, très loin de l'esclavagiste. 

    Retour au calme

    95
    Mercredi 5 Septembre à 07:20

    Zamarrid la suivit des yeux, puis reporta son regard sur les deux hommes.

    - Je pense que vous pourrez dormir tranquilles pour cette nuit. Demain, on s'en occupera. Revenez me voir si vous avez un problème.

    Elle hésitait entre la mettre à l'eau, l'attacher au mat pour toute la traversée ou la virer tout simplement de bord sans sommation. Comme on dit : la nuit porte conseil. Elle retourna donc dans sa cabine.

    96
    Mercredi 5 Septembre à 08:33

    (je n'ai plus rien a faire)

    97
    Mercredi 5 Septembre à 11:44

    (Bon bah... lendemain !)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :